Le fils de Pablo Escobar se plaint d’acharnement judiciaire en Argentine

“Je suis indigné et consterné, car j’estime que le droit n’est pas respecté”, a déclaré au journal “La Nacion” Juan Santos Marroquín, la nouvelle identité du fils de Pablo Escobar.

Le fils de l’ancien baron colombien de la drogue Pablo Escobar, qui vit en Argentine depuis 1994, se pose en victime d’un acharnement judiciaire, après avoir été mis en examen pour blanchiment, comme sa mère. “Je suis indigné et consterné, car j’estime que le droit n’est pas respecté”, a déclaré dimanche au journal La Nacion Juan Santos Marroquín, la nouvelle identité du fils de Pablo Escobar Gaviria.

Une situation qualifiée de harcèlement “judiciaire et médiatique”. Il y a un mois, cet homme de 41 ans et sa mère María Isabel Santos Caballero (ancien nom : Victoria Henao Vallejos) ont été mis en examen pour blanchiment d’argent provenant du trafic de drogue, par Néstor Barral, le juge fédéral de Moron, une banlieue de la province de Buenos Aires. “Cette situation, je la qualifie de bullying (harcèlement, ndlr) judiciaire et médiatique, avec notre identité, notre nationalité, comme uniques preuves”.

Un lien avec une organisation criminelle colombienne. La veuve et le fils de Pablo Escobar sont soupçonnés par la justice argentine depuis que la DEA, l’agence antidrogue américaine, a signalé en septembre 2016 qu’ils avaient un lien avec une organisation criminelle colombienne.

Pablo Escobar était à la tête du cartel de Medellin. Selon le parquet, le fils de Pablo Escobar a touché une commission en tant qu’intermédiaire dans une opération immobilière, quand un trafiquant de drogues colombien, José Piedrahita Ceballos, a acheté une propriété à Pilar, près de Buenos Aires. Pablo Escobar était à la tête du cartel de Medellin et un des hommes les plus riches du monde, selon Forbes, avant d’être abattu lors d’une opération policière en 1993.

-Mexique : le candidat de gauche, Lopez Obrador, remporte la présidentielle avec 53% des suffrages

Le candidat Andrés Manuel Lopez Obrador a obtenu une large victoire, offrant un succès historique à la gauche, dans un pays confronté à une vague de violences sans précédent.

Le candidat Andrés Manuel Lopez Obrador a obtenu une large victoire dimanche à l’élection présidentielle mexicaine, offrant un premier succès historique à la gauche, dans un pays confronté à une vague de violences sans précédent. Selon l’Institut national électoral mexicain, “AMLO” obtenu dimanche entre 53 et 53,8% des voix.

Lorenzo Cordova, president de l’INE, a annoncé dans un message que Lopez Obrador devançait le conservateur Ricardo Anaya, crédité d’entre 22,1% et 22,8% des voix et devant José Antonio Meade, du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI), au pouvoir, crédité entre 15,7% et 16,3% des voix.

“Je lui souhaite le plus grand succès”. “C’est Andres Manuel Lopez Obrador qui a obtenu la majorité (…)”, a reconnu Meade, ému, depuis le siège du parti, après la diffusion des premiers sondages de sortie des urnes. “Pour le bien du Mexique, je lui souhaite le plus grand des succès” a-t-il déclaré. Peu après, devant ses supporters, Anaya a également admis sa défaite et reconnu le “triomphe” de la gauche, souhaitant le plus grand succès à Lopez Obrador, qu’il a félicité au téléphone.

Chasser “la mafia au pouvoir”. “C’est un jour historique”, avait lancé dans la matinée à la presse le vétéran de gauche avant de voter à Mexico. “Nous allons réussir cette transformation sans violence, de manière pacifique” et “bannir du pays la corruption, le principal problème du Mexique”, a-t-il promis, s’engageant à chasser “la mafia du pouvoir”.

Six postes de gouverneurs sur neuf. Après deux échecs successifs, le vétéran de gauche, 64 ans, obtient un succès historique au niveau national, mais également régional et local, en décrochant au moins six postes de gouverneurs sur les neuf en jeu, avec son parti, le Mouvement de régénération nationale (Morena). Morena s’imposerait dans les Etats de Veracruz, Morelos, Puebla, Chiapas, Tabasco ainsi qu’à Mexico.

Une femme élue pour la première fois à la tête de la mégalopole Mexico. Pour la première fois, une femme, Claudia Sheinbaum, scientifique de 56 ans et fidèle de “AMLO”, a été élue à la tête de la mégapole mexicaine aux plus de 20 millions d’habitants. Avec ses alliés, Lopez Obrador obtientrait aussi la majorité à l’Assemblée, avec au moins 250 sièges de députés sur les 500 mis au vote. Plus de 18.000 mandats, dont 128 sénateurs, ainsi que de nombreux postes régionaux ou locaux étaient également en jeu.

Donald Trump félicite le nouveau président mexicain de gauche

Le président américain Donald Trump a félicité dimanche et s’est dit “prêt à travailler” avec le nouveau chef d’Etat mexicain, Andrés Manuel Lopez Obrador, peu après la large victoire remportée par ce candidat de la gauche à l’élection présidentielle au Mexique.

“Il y a beaucoup à faire pour le bien à la fois des Etats-Unis et du Mexique !”, a tweeté le président Trump dont la politique commerciale et sur l’immigration a plongé les relations avec son voisin mexicain au plus bas de leur histoire.

-Japon : l’empereur Akihito souffre d’une anémie cérébrale et a besoin de repos

L’empereur Akihito, âgé de 84 ans, a été victime “de nausées, de vertiges et d’une transpiration excessive dus à une anémie cérébrale”. Les activités prévues dans la journée ont été annulées.

L’empereur Akihito du Japon, âgé de 84 ans, est malade, a annoncé lundi le porte-parole du gouvernement, précisant que les médecins ont diagnostiqué dans la nuit une anémie cérébrale et lui ont demandé de se reposer. “Sa Majesté l’empereur Akito s’est brutalement senti mal vers 04h00 du matin, victime de nausées, de vertiges et d’une transpiration excessive dus à une anémie cérébrale”, a déclaré Yoshihide Suga lors de son point de presse régulier.

Un règne débuté en 1989. Les activités prévues dans la journée ont été annulées car Akihito “a besoin de repos”. Rien n’est encore décidé pour les jours suivants, a précisé Yoshihide Suga, rapportant les propos d’un responsable de l’Agence de la Maison impériale. Akihito, 125ème empereur du Japon, règne depuis janvier 1989. Il doit normalement quitter ses fonctions fin avril prochain, en vertu d’une loi spéciale qui l’autorise à abdiquer.

Remplir sa fonction “corps et âme”. En août 2016, Akihito avait fait une allocution exceptionnelle à la télévision, disant s’inquiéter des risques de ne pouvoir continuer longtemps de remplir “corps et âme” les obligations attenant à sa fonction de “symbole du peuple et de l’unité de la nation”.

Élaboration d’une loi d’exception pour abdiquer. Cette déclaration avait été interprétée comme un souhait de laisser de son vivant le trône du Chrysanthème à son fils aîné, le prince Naruhito (58 ans), ce que ne prévoit pas la législation sur la Maison impériale. D’où l’élaboration d’une loi d’exception lui permettant d’abdiquer, un texte qui vaut pour lui mais pas pour ses successeurs.

-États-Unis : un homme blesse neuf personnes à l’arme blanche, dont des réfugiés

Neuf personnes, dont des réfugiés et des enfants, ont été blessées à l’arme blanche par un trentenaire dans l’Idaho samedi soir, pour des raisons encore inconnues.

Un homme de 30 ans a blessé samedi soir neuf personnes à l’arme blanche, dont des réfugiés et des enfants, dans la résidence à loyers modérés où il vivait dans l’Idaho. La police de Boise, ville de 226.000 habitants du petit Etat rural de l’Idaho dans le nord-ouest des Etats-Unis, a réussi à arrêter l’homme dans sa fuite, mais on ignorait à ce stade ses motivations, et donc s’il visait spécifiquement des réfugiés ou non.

Des réfugiés et des enfants parmi les victimes. Certaines victimes se trouvaient à l’intérieur d’appartements, d’autres à l’extérieur. L’attaque a eu lieu dans la soirée, la police ayant été appelée à 20h46 heure locale (3h46 heure française). “Les victimes incluent des réfugiés”, a déclaré Bill Bones, chef de la police de Boise, lors d’un point presse dans la nuit. “Les âges des victimes sont extrêmement variés.” Six enfants ont été blessés. Quatre des neuf blessés le sont grièvement.

D’après les premiers éléments de l’enquête, l’auteur de l’attaque était un résident temporaire de la “Wylie Street Station Apartments”, et a été invité à quitter les lieux vendredi. L’homme noir, identifié comme étant Timmy Kinner, n’est pas un réfugié lui-même, a précisé la police dimanche en annonçant 15 chefs d’inculpation. “Le suspect était un habitant temporaire de la résidence (…) jusqu’à ce qu’on lui ait demandé de partir vendredi.”

Logements sociaux. Les appartements sont répartis dans plusieurs bâtiments à un seul étage. Selon l’Idaho Statesman, les appartements font partie d’un programme d’assistance fédérale limitant les loyers à 30% des revenus des locataires. “Nous n’avons jamais vu autant de victimes en un seul acte à Boise dans l’histoire du service”, a dit le chef de la police.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *