Groenland : une zone de chasse inuit inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco

Ces terres, au nord du cercle arctique “couvrent une superficie de plus de 4.000 km2, comprennent des zones rurales, des lacs, un fjord et une partie de la calotte glaciaire”.

Les terres de chasse inuites d’Aasivissuit-Nipisat au Groenland ont été ajoutées samedi à la liste du patrimoine mondial de l’humanité de l’Unesco, ont annoncé les autorités danoises et l’agence onusienne réunies au Bahreïn. Ces terres, au nord du cercle arctique “couvrent une superficie de plus de 4.000 km2 (…) comprennent des zones rurales, des lacs, un fjord et une partie de la calotte glaciaire”, a expliqué un communiqué des Monuments historiques danois. C’est la troisième inscription d’un site groenlandais sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco.

Reconnaissance de la culture du Groenland. Le Groenland – littéralement “terre verte” en danois – est bordé aux trois quarts par les eaux de l’océan Arctique et recouverte à 85% de glace. Les 55.000 habitants de ce territoire autonome danois sont à plus de 90% des Inuits venus d’Asie centrale. Le réchauffement climatique bouleverse leur culture traditionnelle et précipite l’exode rural vers les quelques villes. L’inscription au patrimoine mondial de l’Unesco apporte “une grande reconnaissance internationale de la beauté de la nature que nous avons, et de la culture qui y est attachée“, s’est félicité la ministre groenlandaise de la Culture Vivian Motzfeldt, citée dans le communiqué.

Trente sites en lice. Le site d’Aasivissuit-Nipisat contient des vestiges de 4.200 ans d’histoire humaine notamment des gisements archéologiques des cultures paléo-inuite et inuite, a souligné l’Unesco dans un communiqué. “Les populations ont façonné un paysage culturel fondé sur la chasse aux animaux marins et terrestres, les modes saisonniers de migration et un patrimoine culturel immatériel riche et préservé, lié notamment au climat, à la navigation ou à la médecine”, est-il précisé. Le Comité du Patrimoine mondial, réuni à Bahreïn depuis le 24 juin et jusqu’au 4 juillet, doit examiner au total la candidature de trente sites pour figurer sur la Liste du patrimoine mondial.

Des sites chrétiens japonais inscrits au Patrimoine mondial de l’Unesco

Dès 1589, les dirigeants militaires du Japon ont organisé la persécution des chrétiens. L’existence de dizaines de milliers de Japonais chrétiens n’a été révélée qu’en 1865.

Douze sites chrétiens situés dans le sud du Japon, où des croyants ont été fortement persécutés dans le passé, ont été ajoutés à la Liste du Patrimoine mondial de l’Unesco, a annoncé samedi l’organisation réunie à Bahreïn.

Parmi ces sites figure la cathédrale catholique d’Oura, à Nagasaki, dédiée à 26 chrétiens exécutés il y a plus de quatre siècles en raison de leur foi.

Les Japonais chrétiens se sont cachés pendant 250 ans. Le christianisme au Japon date de 1549, lorsque le missionnaire jésuite européen Francis Xavier est arrivé dans le pays avec deux compagnons, et il a commencé à se propager dans l’ouest du pays. Sa propagation avec l’arrivée d’autres missionnaires et son influence croissante ont suscité l’inquiétude des dirigeants militaires du Japon et la persécution des chrétiens a commencé dès 1589.

Les chrétiens auxquels est dédiée la cathédrale d’Oura, 20 Japonais et six étrangers, ont été exécutés à Nagasaki en 1597, au moment où la persécution s’est intensifiée. Pour les Japonais convertis, cacher sa foi est alors devenu pour les 250 ans à venir une question de vie ou de mort, le christianisme étant interdit et le Japon fermé au monde extérieur.

Souhaitant pratiquer leur foi tout en se fondant dans la société, les chrétiens japonais ont créé une religion incorporant des éléments du bouddhisme. Ce n’est qu’en 1865 que ces “chrétiens cachés” ou Kakure Kirishtan ont été connus en dehors de leur communauté. Un groupe de paysans s’est approché d’un prêtre français et une femme lui a murmuré “nos coeurs sont les mêmes que les vôtres”. L’existence de dizaines de milliers de Japonais chrétiens a été révélée.

La cathédrale de Nagasaki endommagée en 1945. De style gothique, la cathédrale d’Oura, construite en 1864 par des prêtres français et connue par les habitants locaux sous le nom de “temple français”, est le plus ancien édifice chrétien du Japon. Désignée trésor national par le gouvernement en 1933, elle a été endommagée par l’explosion de la bombe atomique larguée par les Etats-Unis sur Nagasaki le 9 août 1945.

Le Comité du Patrimoine mondial, réuni à Bahreïn depuis le 24 juin et jusqu’au 4 juillet, doit examiner au total la candidature de trente sites pour intégrer la Liste du patrimoine mondial.

Un journaliste assassiné dans une communauté indigène du Mexique

José Guadalupe Chan se trouvait dans un bar de la communauté indigène de Felipe Carrillo Puerto lorsqu’il a été attaqué. Il a été tué par arme à feu.

Un journaliste mexicain a été assassiné dans la nuit de vendredi à samedi dans l’État de Quintana Roo, a-t-on appris samedi auprès du bureau du procureur et de son employeur, portant à six le nombre total de journalistes tués au Mexique en 2018.

Marié et père de deux enfants. José Guadalupe Chan, 35 ans, se trouvait dans un bar de la communauté indigène de Felipe Carrillo Puerto lorsqu’il a été attaqué. “Sa mort a été provoquée par des blessures par balle”, a annoncé le bureau du procureur de Quintana Roo dans un communiqué. Le journaliste travaillait pour un hebdomadaire en ligne, Playa News, qui couvre l’actualité dans la Riviera Maya, la zone touristique voisine de la célèbre station balnéaire de Cancun. Son dernier article traitait vendredi du meurtre d’un partisan du Parti Révolutionnaire Institutionnel (PRI), longtemps hégémonique dans le pays, dans une ville voisine.

Le directeur de Playa News, Ruben Pat, a déclaré que José Guadalupe Chan lui avait récemment confié avoir été victime de menaces et qu’il avait demandé aux autorités à être mis sous protection, en vain. José Guadalupe Chan était marié et père de deux filles, a-t-il précisé. Un témoin a confié à Playa News que l’agresseur était entré dans le bar, s’était approché de Chan et lui avait tiré dessus à trois reprises. La Commission des droits de l’homme de l’Etat de Quintana Roo a condamné ce meurtre et appelé les autorités à enquêter pour établir s’il était lié à la qualité de journaliste de la victime.

136 hommes politiques tués. Le meurtre de José Guadalupe Chan est survenu juste avant les élections présidentielle, législatives et locales de dimanche. La campagne pour ces élections est de loin la plus sanglante qu’ait connue le Mexique, avec 136 hommes politiques assassinées depuis le début du processus électoral, selon le cabinet d’études Etellekt. 

Une ONG espagnole sauve 59 migrants, l’Italie leur refuse l’accès

Le ministre italien de l’Intérieur Matteo Salvini exclut qu’un port italien puisse accueillir le navire, et préfère désigner Malte. 

Une ONG espagnole a annoncé samedi avoir secouru en Méditerranée 59migrants  en provenance de Libye, et le ministre italien de l’Intérieur Matteo Salvinia aussitôt prévenu qu’ils était hors de question qu’ils accostent dans un port italien.

“Ils peuvent oublier l’idée de rejoindre un port italien”. L’Organisation non gouvernementale espagnole Proactiva Open Arms a indiqué sur Twitter que son navire transportant les 59 migrants se dirigeait vers “un port sûr”, mais il était impossible de savoir où le bateau jetterait l’ancre. “Malgré les obstacles, nous continuons à protéger la vie de gens invisibles. Leurs récits sur ce qu’ils ont vécu en Libye sont terrifiants”, a souligné l’organisation.

Matteo Salvini a quant à lui affirmé sur Facebook que le bateau de Proactiva Open Arms avait atteint l’embarcation des migrants avant les gardes-côtes libyens à l’intérieur de la zone de secours libyenne. “Le port le plus proche est Malte, l’organisation et le pavillon sont espagnols : ils peuvent oublier l’idée de rejoindre un port italien”, a-t-il déclaré.

La veille, le ministre italien d’extrême droite avait prévenu que les ports italiens seraient fermés “tout l’été” aux ONG qui secourent les migrants en Méditerranée.

Malte accuse l’Italie de répandre “des informations inexactes”. De son côté, le ministre maltais de l’Intérieur Michael Farrugia a contesté la version des faits exposée par Salvini, affirmant que les migrants avaient été secourus dans une zone située entre la Libye et le port italien de Lampedusa. “Arrêtez de répandre des informations inexactes en désignant Malte sans aucune raison”, a-t-il déclaré sur Twitter.

Cette semaine, le navire de l’ONG allemande Lifeline a accosté à Malte avec à son bord 233 migrants après une odyssée d’une semaine marquée par de fortes tensions. Vendredi, trois bébés sont morts, et une centaine de personnes ont été portées disparues lors d’un naufrage au large des côtes libyennes.

Après des semaines de tension, les dirigeants de l’Union européenne sont parvenus vendredi à un compromis qui propose la création de “plateformes de débarquements” de migrants en dehors de l’UE pour dissuader les traversées de la Méditerranée.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *