Donald Trump piégé par un canular téléphonique à bord d’Air Force One

Le comédien John Melendez a réussi à entrer en contact par téléphone avec Donald Trump mercredi soir en se faisant passer pour un sénateur. L’enregistrement a été diffusé.

Piéger le président de la première puissance mondiale avec un canular téléphonique à bord d’Air Force One ? C’est possible. Se faisant passer pour le sénateur démocrate du New Jersey Robert Menendez, le comédien John Melendez a réussi à entrer en contact par téléphone avec Donald Trump mercredi soir alors que ce dernier se trouvait à bord de l’avion présidentiel Air Force One.

Plusieurs sujets de conversation. L’acteur a diffusé un enregistrement de la conversation sur son podcast, The Stuttering John Podcast, dans laquelle on peut entendre une voix qui semble être celle de Donald Trump. “Vous avez traversé des épreuves difficiles, et je pense que c’était un peu injuste, mais félicitations”, dit-il au “sénateur”, un temps poursuivi pour corruption avant que les charges à son encontre ne soient finalement abandonnées. Les deux hommes poursuivent ensuite leur conversation, passant de l’immigration au remplacement du juge Anthony Kennedy à la Cour suprême.

La Maison-Blanche visiblement embarrassée. Le comédien a raconté avoir appelé la Maison-Blanche en se faisant passer pour un assistant du sénateur, après avoir laissé un numéro de portable, et, in fine, avoir été mis en contact avec le président à bord d’Air Force One. Sollicitée par l’AFP sur cette histoire surprenante qui pose de nombreuses questions sur le protocole permettant d’avoir accès au président, la Maison-Blanche n’avait pas répondu vendredi après-midi.

Inégalité salariale à la BBC : une journaliste payée rétroactivement

Carrie Gracie avait accepté un poste en Chine après avoir reçu la garantie qu’elle serait payée au même niveau que son homologue en Amérique de Nord. Elle avait découvert que ce n’était pas le cas.

La BBC a annoncé vendredi être parvenue à un accord avec une de ses journalistes confirmées, qui avait démissionné de son poste de rédactrice en chef en Chine pour dénoncer l’inégalité salariale entre femmes et hommes au sein du service public audiovisuel britannique.

Carrie Gracie avait accepté le poste en Chine après avoir reçu la garantie de la BBC qu’elle serait payée au même niveau que le rédacteur en chef pour l’Amérique du Nord. Elle avait découvert par la suite que ce n’était pas le cas. “La BBC (…) présente ses excuses pour avoir sous-payé Carrie, et a maintenant rétabli les choses”, a indiqué l’institution dans un communiqué. Le montant de la transaction n’a pas été dévoilé.

Payée 135.000 livres par an contre 200.000 pour son homologue. Carrie Gracie, qui avait réintégré son précédent poste au sein de la rédaction télévisée à Londres, avait dénoncé début janvier une “culture salariale secrète et illégale” au sein de BBC, dans une lettre adressée au public britannique, qui finance celle-ci via une redevance. Elle était payée 135.000 livres par an, contre 200.000 à 250.000 livres pour son homologue en Amérique du Nord, l’un des six journalistes masculins vedettes de la BBC qui avaient accepté une réduction de leur rémunération après sa démission.

La totalité du salaire rétroactif versé à une association. “Pour moi, il s’est toujours agi du principe plutôt que de l’argent”, a réagi la journaliste dans le communiqué. Elle a précisé qu’elle verserait “la totalité du salaire rétroactif” à une organisation caritative luttant pour l’égalité entre homme et femmes. Elle a également obtenu de pouvoir prendre jusqu’à six mois de congé sans solde “pour écrire et parler, tant sur la Chine que l’égalité entre les sexes”.

Les salaires des journalistes stars de la BBC révélé il y a un an. En juillet 2017, la BBC avait révélé pour la première fois les salaires annuels de ses dirigeants et présentateurs vedettes, payés plus de 150.000 livres (169.000 euros). Dans cette liste de plus de 200 noms, un tiers seulement étaient des femmes, avec des salaires très inférieurs aux sommets atteints par leurs homologues masculins. Le directeur général Tony Hall avait alors promis d’aller “plus vite et plus loin” pour réduire ces écarts, affichant son ambition d’atteindre l’égalité des rémunérations entre les hommes et les femmes d’ici 2020.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *