Ligue Europa : “Sur la base concrète, lucide, Marseille n’a aucune chance”, juge Raymond Domenech

C’est le grand soir pour l’Olympique de Marseille. Les joueurs de Rudi Garcia affrontent en finale de la Ligue Europa les géants de l’Atlético de Madrid, largement favoris.

“Au départ, il n’y a pas photo entre les deux équipes. Mais c’est un seul match…” À quelques heures de la finale de la Ligue Europa entre l’Olympique de Marseille et l’Atlético de Madrid, Raymond Domenech aimerait croire au miracle : que les hommes de Rudi Garcia, déjouant tous les pronostics, s’imposent face aux ambitieux Madrilènes, au palmarès déjà si garni. 

L’OM a “10% de chance” de gagner. “Madrid, ils ne partent pas favoris… Ils partent grands favoris ! L’Atlético a fini troisième de son groupe en Ligue des Champions, dans un groupe très solide, mais elle aurait pu se retrouver en demi-finale, et peut-être même en finale de la Ligue des Champions. (…) Sur la base concrète, lucide, Marseille n’a aucune chance. Là, on est dans du 90-10. Mais ces 10% de chance, ils sont là. Sur un match, et c’est la beauté du foot, des équipes inférieures peuvent y arriver”, soutient-il mercredi matin sur Europe 1. 

L’Atlético, ou la longue liste des talents. Il va en falloir du courage, et un brin de folie, aux Olympiens pour venir à bout d’Antoine Griezmann et des siens. “Dans toutes les lignes, pas un joueur marseillais ne pourrait être recruté et venir renforcer l’Atlético de Madrid. Ils sont tous au-dessus”, juge Domenech. Cette équipe n’a “pas beaucoup de failles. Elle sait défendre très bas, jouer les contre-attaques, presser et bousculer l’adversaire, est très performante sur les coups de pied arrêtés, et a des joueurs à maturité plus importante que Marseille”, détaille l’ancien sélectionneur des Bleus.

Marseille doit s’appuyer sur son attaque. Alors où trouver la faille ? Pour Raymond Domenech, “le secteur offensif”, porté par Dimitri Payet, Florian Thauvin ou Valère Germain, doit prendre ses responsabilités. “S’ils arrivent à donner cette justesse et cette vitesse au jeu, c’est eux qui feront la différence”, estime le consultant foot d’Europe 1. Pour lui, Marseille doit parvenir “à emballer le match, à les provoquer, à leur faire faire des fautes”.

Le rôle des supporters. Marseille pourra aussi compter sur le 12ème homme, son public, chauffé à blanc avant de s’installer dans les travées du stade de l’Olympique lyonnais, où se tient la finale mercredi soir. Une chance pour l’OM, mais une pression aussi, juge Raymond Domenech. “Les joueurs ont le sentiment d’être portés par ce public. Quand ça marche, il peut être tellement euphorique. Mais quand ça ne marche pas, il peut être tellement dramatique aussi. Il a les excès de la passion. Mais les joueurs qui sont sur le terrain, quand ils ont cette responsabilité, ce poids, dans une ville qui ne vit qu’à travers le foot, où tout le monde respire le foot, ça peut les porter. Ça peut aussi les traumatiser”, prévient le spécialiste. 

Basket-NBA : le premier choix de la Draft 2018 pour Phoenix

Le 21 juin prochain, Phoenix, Sacramento et Atlanta seront les trois premières franchises à choisir des joueurs parmi les meilleurs du Champion universitaire, lors de l’édition 2018 de la Draft. 

Phoenix a reçu à l’issue d’un tirage au sort réalisé mardi le premier choix de la Draft NBA  2018 qui lui permettra de recruter en juin le meilleur joueur issu du Championnat universitaire américain (NCAA) ou venu de l’étranger. C’est la première fois que la ville de l’Arizona choisira en première position.

Ayton ou Doncic. Le 21 juin prochain à New York, les Suns pourront choisir entre les très convoités Deandre Ayton, pivot bahaméen passé par l’université de l’Arizona, et Luka Doncic, prodige slovène qui évolue actuellement au Real Madrid.

Sacramento en 2ème position. Le 2ème choix est revenu à Sacramento, tandis qu’Atlanta et Memphis choisiront en 3ème et 4ème positions. Dallas a hérité du 5ème choix, devant Orlando (6ème) et Chicago (7ème), tandis que Cleveland, bien que qualifié pour les play-offs, choisira en 8ème position, grâce à un échange de joueurs avec Brooklyn qui a offert, en plus, son premier tour de Draft.

Les résultats des équipes pris en compte. Introduit en 1990, le tirage au sort, ou “Draft Lottery”, permet de déterminer l’ordre dans lequel les 16 équipes non-qualifiées pour les play-offs recruteront durant la Draft. Ce tirage au sort est pondéré, puisqu’il prend en compte les résultats de la précédente saison régulière, pour donner plus de chances à la plus mauvaise équipe de choisir en premier et de recruter le meilleur joueur disponible qui doit lui permettre, en théorie, de réaliser une meilleure saison l’année d’après. Phoenix a fini la saison régulière avec 21 victoires en 82 matches, soit le pire bilan en 2017-18.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

One response to “Ligue Europa : “Sur la base concrète, lucide, Marseille n’a aucune chance”, juge Raymond Domenech