“Dating” : Facebook lance un service de rencontres dans son application

Mark Zuckerberg, le patron de Facebook, a annoncé mardi soir le lancement d’une fonctionnalité de “dating” dans son application. Elle sera centrée sur les relations “durables”.

Facebook va concurrencer Tinder. Le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, a annoncé mardi que Facebook allait désormais avoir un service de rencontres pour des “relations durables” directement dans son application. Le service sera “totalement optionnel”, a précisé le patron du réseau social à l’occasion de sa conférence annuelle, F8.

Une fonction séparée du reste de l’application. Les utilisateurs qui le souhaitent pourront créer un profil grâce à un bouton présent sur leur page personnelle. Les amis des utilisateurs de la fonction “Dating” ne seront pas informés de leur inscription au service et rien n’apparaîtra sur leur fil d’actualité. Seul le prénom de l’utilisateur sera présent dans la partie ‘rencontres’ de l’application, les autres informations ne seront pas affichées. Si deux personnes souhaitent discuter ensemble, elles pourront le faire grâce à un système de messagerie instantanée similaire à Facebook Messenger, mais où il n’est possible de partager que du texte, pas de photos. Cela doit permettre d’éviter le partage d’images déplacées.

Concurrence de Tinder. Dating ne sera pas proposée immédiatement, son lancement interviendra dans “les prochains mois”, a annoncé Chris Cox, le responsable des produits de Facebook, sur scène mardi. Immédiatement après l’annonce du lancement de cette fonction, l’action de la maison-mère de Tinder perdait 15% en bourse. 

Des chercheurs suggèrent l’ecstasy pour les soldats traumatisés

Les résultats de l’étude portant sur peu de personnes, restent à relativiser. Tous les groupes de participants ont relaté des effets négatifs apparus après le traitement. 

La molécule de l’ecstasy, administrée de manière contrôlée pour accompagner une psychothérapie, peut avoir une certaine efficacité pour les soldats victimes de stress post-traumatique, suggèrent des chercheurs dans une étude parue mercredi.

Un faible nombre de participants. L’étude publiée par The Lancet Psychiatry a ses limites, reconnaissent ses auteurs. Un faible nombre de personnes y ont participé : 26, dont 22 anciens combattants, trois pompiers et un policier. Et les résultats n’ont pas été comparés avec un groupe qui aurait pris un placebo. Néanmoins, elle laisse penser que le traitement par la MDMA “est sûre et pourrait renforcer les bienfaits de la psychothérapie”, a indiqué la revue dans un communiqué.

Les sujets ont suivi un protocole strictement encadré. À leur insu et à l’insu de leur médecin, et après trois premières séances de psychothérapie d’une heure et demie chacune, ils ont pris des doses plus ou moins fortes de MDMA (30 mg, 75 mg ou 125 mg selon) lors de deux séances de huit heures chacune, spécialement adaptées.

Ils ont ensuite été suivis de près : une nuit en observation, une semaine d’entretiens téléphoniques, et un débriefing lors de trois nouvelles séances de psychothérapie d’une heure et demie. D’après les chercheurs, les patients ayant pris les doses les plus fortes ont vu leurs symptômes de stress post-traumatique se réduire davantage. L’étroitesse de l’échantillon est reconnu comme une faiblesse statistique.

Un risque d’augmentation des envies suicidaires. Et cela ne va pas sans inconvénients. Certains participants ont dit avoir ressenti sous MDMA une envie plus forte de se suicider. Et “tous les groupes ont fait état d’effets négatifs apparus après le traitement” dont “angoisses, maux de tête, épuisement, tensions musculaires et insomnies”, ont noté les chercheurs.

L’étude pose une question éthique importante, puisqu’il est interdit à ce jour d’administrer de la MDMA, substance qui nourrit un important narcotrafic. Deux professeurs de psychiatrie à Oxford, Andrea Cipriani et Philip Cowen, ont salué le protocole mis au point dans cette étude ainsi que ses résultats, tout en exprimant des réserves. “La demande non satisfaite de traitement contre le stress post-traumatique, particulièrement chez les anciens combattants et les personnels d’urgence, ne fait pas de doute. Cependant, la possibilité de généraliser la psychothérapie assistée par MDMA pour la psychiatrie plus ordinaire reste à établir”, ont-ils écrit dans dans un commentaire publié par The Lancet.

, le chanteur a aussi été accusé d’avoir des quasi-esclaves sexuelles à ses domiciles de Chicago et Atlanta, même si les allégations publiées, démenties par le chanteur, n’ont débouché sur aucune inculpation.Une nouvelle plainte déposée contre lui. Une plainte a par ailleurs été récemment déposée contre lui auprès de la police de Dallas par une femme qui affirme qu’il l’a sexuellement agressée alors qu’ils avaient eu une liaison quelques mois durant, selon le magazine Rolling Stone. À ce jour, le chanteur ne fait l’objet d’aucune poursuite judiciaire.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *