Espagne : découverte d’un nanomatériau pouvant filtrer les molécules

Ce nanomatériau fait en graphène pourrait permettre de séquencer l’ADN ou encore de dessaler l’eau, ont annoncé jeudi des chercheurs espagnols. 

Des chercheurs d’universités espagnoles ont annoncé jeudi être parvenus à fabriquer une membrane de graphène poreuse, un nanomatériau permettant de filtrer les molécules, aux applications potentiellement très larges, comme le filtrage de gaz à effet de serre. Le fruit de ces recherches est publié vendredi dans la prestigieuse revue américaine Science par le professeur Cesar Moreno, de l’Institut de nanosciences et nanotechnologies de Barcelone.

“Un tamis moléculaire” en graphène. Les onze chercheurs de Barcelone, du Centre de recherches en Chimie biologique CiQUS de l’Université de Saint-Jacques-de-Compostelle et du Centre international de Physique à Saint-Sébastien ont créé une couche de graphène poreuse au point d’agir comme “un tamis moléculaire hautement sélectif”, selon le communiqué publié par les quatre centres ayant participé à la recherche. La combinaison des propriétés conductrices du graphène et de la finesse de cette membrane permettraient de détecter avec exactitude quelles molécules passent à travers, et d’en filtrer certaines.

Pour séquencer l’ADN ou dessaler l’eau. Le graphène est un matériau en carbone pur, conducteur d’électricité, extrêmement fin et solide, dont la découverte a été récompensée par le prix Nobel de physique 2010. Ses propriétés intéressent particulièrement dans le monde de l’électronique. La nouvelle membrane pourrait à terme permettre de faciliter le séquençage d’ADN, ledessalement des eaux et même servir dans la recherche biomédicale, améliorant les technologies de dialyse, le filtrage du sang pour les patients souffrant d’insuffisance rénale, assurent les chercheurs dans leur communiqué. 

Pas d’applications avant cinq ans. “Ce que nous avons apporté, c’est ce matériau, avec la taille correcte, la précision atomique, le contrôle des atomes et où ils doivent être… maintenant, il faudra un parcours assez long pour son application mais le matériau est là”, a déclaré Aitor Mugarza, l’un des chercheurs ayant dirigé le projet. Cela pourrait permettre aussi d’aller “des centaines de fois plus vite” dans le séquençage de molécules d’ADN, ou de détecter la présence de gaz polluants dans l’air, explique-t-il. Les premières applications concrètes ne devraient néanmoins pas voir le jour avant cinq ans, estime-t-il.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *