NBA : Golden State sombre à Indiana, Lebron James renverse Washington

Toujours privée de sa star Stephen Curry, la franchise championne en titre inquiète à neuf jours du début des play-offs. 

Golden State s’est lourdement incliné jeudi sur le parquet d’Indiana (126-106), relançant les inquiétudes pour le champion NBA en titre à neuf jours du début des play-offs. Les Warriors qui restaient sur trois victoires de suite n’ont jamais inquiété les Pacers, portés par Bodgan Bodganovic (28 points) et Victor Oladipo (21 pts). Toujours privé de Stephen Curry, blessé à un genou, Golden State a fini la rencontre avec une réussite famélique à trois points (31%) et a été dominé dans tous les secteurs du jeu. Seul Kevin Durant a surnagé avec ses 27 points.

“A une semaine du début des play-offs, cette défaite est embarrassante”, a regretté Steve Kerr, l’entraîneur de Golden State. Avec 22 défaites en 79 matches, alors qu’il reste trois matches de saison régulière à disputer, l’exercice 2017-18 est le pire depuis la nomination de Kerr en juillet 2014. Golden State a perdu ses deux matches disputés cette saison contre Indiana, une première contre une équipe de la conférence Est depuis 2013-14.

A l’Est, Cleveland s’offre une remontée fantastique. La superstar de ClevelandLeBron James  a offert une victoire longtemps inespérée à son équipe face à Washington (119-115) grâce à un final éblouissant. Menés de 17 points (104-87) à sept minutes de la fin du temps réglementaire, les Cavaliers ont fini la rencontre en marquant 32 points, contre 14 aux Wizards. Durant le “money time”, “King James” a marqué à lui seul 13 points et a été impliqué, directement ou indirectement par une passe, sur huit des neuf derniers paniers de son équipe. Le triple champion NBA a rejoint les vestiaires avec une belle ligne statistique: 33 points, 14 rebonds et neuf passes décisives.

Cette 49ème victoire de la saison, en 79 matches, est capitale pour Cleveland, à la lutte avec Philadelphie pour la 3ème place de la conférence Est (48 v-30 d). Les deux équipes doivent d’ailleurs s’affronter vendredi. Cette rencontre marquait par ailleurs le retour sur le banc de Tyronn Lue, l’entraîneur des Cavaliers qui, en arrêt maladie, avait raté les neuf précédents matches de son équipe.

Course acharnée aux play-offs. Du côté des autres résultats, les Rockets de Houston se sont imposés face aux Portland Blazers (96-94), tandis que les Bucks de Milwaukee, qualifiés pour les play-offs, ont perdu chez eux contre les Nets de Brooklyn (111-119). Dans un match capital pour la qualification, les Nuggets de Denver sont venus à bout des Minnesota Timberwolves (100-96) tandis que le Jazz a conforté sa bonne dynamique en s’imposant face aux Clippers (117-95). 

Les résultats des matches de jeudi: 

Denver – Minnesota 100 – 96
Cleveland – Washington 119 – 115
Utah – LA Clippers 117 – 95
Houston – Portland 96 – 94
Milwaukee – Brooklyn 111 – 119
Indiana – Golden State 126 – 106

-Coupe Davis – Italie-France : sans les “nouveaux Mousquetaires”, la fin d’une ère ?

L’équipe de France affronte l’Italie en quarts de finale de la compétition sans Tsonga, Monfils, Gasquet et Simon, une première depuis 2005.

Entre les “nouveaux Mousquetaires” (Tsonga, Monfils, Gasquet et Simon) et la Coupe Davis, rien n’est jamais simple. Entre blessures et méformes, l’équipe de France ne comptera aucun membre de cette génération dorée lors du quart de finale en Italie, de vendredi à dimanche à Gênes. Depuis février 2005 et la place de remplaçant de Monfils, face à la Suède, les Bleus avaient toujours compté au moins un “nouveau Mousquetaire dans leurs rangs”.

Yannick Noah a du coup misé en simples sur le nouveau leader des Bleus, Lucas Pouille (10e mondial), et Jérémy Chardy (80e), qui a remporté tous ses matches de Coupe Davis, ainsi que sur le tandem Pierre-Hugues Herbert/Nicolas Mahut en doubles. Alors, simple concours de circonstances ou début d’une nouvelle ère ?

Moins présents au fil du temps. L’absence des “nouveaux Mousquetaires” à Gênes n’est pas, en soi, une grande surprise. Jo-Wilfried Tsonga, opéré du genou gauche, n’a plus joué depuis février et devrait être encore absent quelques semaines. Gaël Monfils, touché au dos, est lui aussi convalescent (comme souvent…), alors que Richard Gasquet revient tout juste d’une blessure au dos. Seul Gilles Simon, en panne de résultats depuis son titre à Pune (Inde) début janvier, a été écarté pour des raisons sportives.

Si leur absence combinée est inédite, les quatre “historiques” ne constituent plus la colonne vertébrale de l’équipe de France depuis déjà deux ans. La dernière fois qu’ils ont joué tous ensemble en Coupe Davis, c’était en mars 2016, lors du premier tour largement remporté face au Canada (5-0). Yannick Noah effectuait alors son retour en tant que capitaine. “Pour nous, c’est assez naturel. On a fait des rencontres où ils n’étaient qu’un ou deux (des “nouveaux Mousquetaires”). J’ai un groupe d’une dizaine de joueurs, qui sont interchangeables et qui s’entendent bien. Quand un, ou deux ou trois ne sont pas là, les autres prennent le relais”, a assuré Noah.

De nouveaux leaders. Les trentenaires ont tous été dépassés dans la hiérarchie par Lucas Pouille, la nouvelle tête d’affiche du tennis tricolore, qui avait apporté le point décisif en finale en novembre dernier. “Il se trouve que Lucas est maintenant le numéro 1 français depuis quelque temps. C’est une équipe un peu plus jeune. Mais on va tenter de remporter ce match pour leur donner la possibilité de revenir”, a analysé Noah, qui ne ferme donc pas la porte à un retour des “nouveaux Mousquetaires”.

Jo-Wilfried Tsonga (32 ans), présent l’an dernier en finale, reste incontournable en simples quand il est en état de jouer. Richard Gasquet (31 ans), excellent lors du double remporté contre les Belges en finale l’an passé, reste lui aussi dans les petits papiers du capitaine. Seul Gaël Monfils, qui entretient des relations compliquées avec Noah, semble mis de côté. Sauf immense surprise, la Monf’ ne devrait pas être présent en septembre prochain pour une éventuelle demi-finales…

 

Coupe Davis – Espagne : absent depuis janvier, Nadal titulaire en simple

Le numéro un mondial de tennis disputera vendredi le deuxième match du quart de finale de la la Coupe Davis entre l’Espagne et l’Allemagne à Valence.

Le numéro un mondial, Rafael Nadal, absent des courts depuis son abandon en quarts de finale de l’Open d’Australie fin janvier, va faire vendredi en simple son retour à l’occasion du quart de finale de la Coupe Davis entre l’Espagne et l’Allemagne à Valence.

Une blessure à la jambe droite. Rafael Nadal sera aligné lors du deuxième match du jour contre Philip Kohlschreiber, selon le tirage au sort effectué jeudi et un choc face au N.4 mondial, Alexander Zverev, l’attend potentiellement dimanche sur sa surface de prédilection, la terre battue. Le Majorquin âgé de 31 ans n’est plus apparu en compétition depuis une blessure musculaire à la jambe droite qui l’avait contraint à jeter l’éponge au cinquième set de son quart de finale face au Croate Marin Cilic à l’Open d’Australie fin janvier. Une rechute à Acapulco, au Mexique fin février l’avait ensuite obligé à différer son retour.

Une compétition remise en question. Cette rencontre marque en outre le retour de Nadal en Coupe Davis pour la première fois depuis 2016, au moment où le format historique de l’épreuve est remis en cause par la Fédération internationale de tennis. Le projet de réforme en question, qui divise, prévoit notamment la fin des matches à domicile et à l’extérieur sur quatre week-ends prolongés répartis tout au long de l’année et l’instauration, à la place, d’une semaine de compétition fin novembre dans un seul lieu où seraient rassemblées dix-huit équipes. La dernière apparition en Coupe Davis du décuple vainqueur de Roland-Garros remontait à un barrage d’accession/maintien dans le Groupe mondial remporté par l’Espagne aux dépens de l’Inde en septembre 2016.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *