Une actrice porno poursuit Trump pour faire invalider leur accord

Stormy Daniels a porté plainte mardi à Los Angeles contre le président américain pour tenter de faire invalider une clause de confidentialité qu’elle a signée avec lui.

L’actrice porno Stormy Daniels a porté plainte mardi à Los Angeles contre le président américain Donald Trump pour tenter de faire invalider la clause de confidentialité qu’elle a signée avec lui, selon les documents de justice. Celle qui se nomme Stephanie Clifford dans la vie civile et aurait eu une relation intime avec Donald Trump, affirme dans cette plainte que l’accord de non divulgation est invalide parce que le président lui-même ne l’a pas paraphé. 

La signature manquante. “La plaignante demande un ordre de ce tribunal déclarant que l’accord n’a jamais été formé et qu’il n’existe pas, entre autres parce que Donald Trump ne l’a jamais signé”, déclare cette plainte dévoilée par son avocat, Michael Avenatti. Cette clause a été signée par Stephanie Clifford et l’avocat de Donald Trump, Michael Cohen, le 28 octobre 2016, quelques jours avant l’élection présidentielle qui a porté Donald Trump à la Maison Blanche, détaille la plainte. “L’accord imposait diverses conditions et obligations non seulement pour Stephanie Clifford mais aussi pour Donald Trump. Il demandait également la signature de toutes les parties, y compris celle de Donald Trump”, poursuit le document. “Comme il est de coutume, il était clair à tout moment qu’à moins que toutes les parties signent les documents requis, l’accord de confidentialité, avec tous ses termes et conditions, serait nul”, poursuit ce texte.

130.000 dollars versés.Un virement de 130.000 dollars a été malgré cela fait au bénéfice de Stormy Daniels, qui était citée sous le nom de Peggy Peterson dans l’accord. Selon la plainte, à partir de janvier 2018 et de l’émergence de “détails de l’accord” dans les médias, “Michael Cohen, à travers des tactiques de coercition et d’intimidation, a forcé Stephanie Clifford à signer une fausse déclaration où elle stipulait que les informations sur une relation avec Donald Trump étaient fausses”.

“Vers le 13 février, Michael Cohen a diffusé un communiqué sur Stephanie Clifford et l’existence d’un accord de confidentialité sans son consentement” et autour du 27 février “Michael Cohen a sournoisement démarré une procédure d’arbitrage bidon contre Stephanie Clifford à Los Angeles (…) sans l’en avertir”. Entre autres détails, la plainte note que Stephanie Clifford et Donald Trump ont entretenu une relation intime – démarrée à Lake Tahoe en Californie – entre l’été 2006 et “une bonne partie de 2007”. 

Syrie : le chef de l’ONU appelle à rouvrir l’accès aux convois d’aide

Antonio Guterres exhorte toutes les parties à “autoriser immédiatement un accès sûr et sans obstacles pour permettre à d’autres convois de livrer des provisions essentielles à des centaines de milliers de personnes”.

Le chef des Nations unies Antonio Guterres a appelé mardi à rouvrir “immédiatement” les couloirs d’accès aux convois humanitaires en Syrie, où le régime de Bachar al-Assad a poursuivi ses frappes meurtrières contre la partie rebelle de la Ghouta orientale malgré la trêve. Antonio Guterres exhorte, dans un communiqué, toutes les parties à “autoriser immédiatement un accès sûr et sans obstacles pour permettre à d’autres convois de livrer des provisions essentielles à des centaines de milliers de personnes qui en ont désespérément besoin”. 

Notamment l’équipement médical. Le chef de l’ONU insiste en particulier sur les livraisons à destination de la localité de Douma, en Ghouta orientale notamment “d’équipement médical et sanitaire, prévues le 8 mars (…) comme cela avait été décidé auparavant avec les autorités syriennes”. “Le secrétaire général appelle toutes les parties à mettre en oeuvre dans son intégralité et sans attendre” la résolution 2401 du Conseil de sécurité de l’ONU sur une trêve de 30 jours en Syrie, poursuit le communiqué de son porte-parole, Stéphane Dujarric.

Une réunion en urgence mercredi. Le Conseil de sécurité de l’ONU doit se réunir mercredi en urgence et à huis clos pour débattre de l’absence de mise en oeuvre du cessez-le-feu temporaire qu’il réclamait dans cette résolution, adoptée le 24 février. Peu après ce vote à l’ONU, la Russie avait annoncé une trêve quotidienne des combats et des bombardements limités dans la Ghouta orientale, censée permettre aux civils de quitter l’enclave rebelle par un couloir humanitaire et d’acheminer des aides dans ce secteur où quelque 400.000 habitants vivent assiégés depuis 2013.

Toujours des frappes. En une semaine, aucun civil n’a emprunté ce couloir, a indiqué mardi un général russe à Moscou, précisant que l’offre de sortie était désormais étendue aux combattants rebelles, avec leur arme personnelle, et leurs familles. Le régime syrien a poursuivi mardi ses frappes aériennes meurtrières contre la partie rebelle de la Ghouta orientale, pendant la trêve décrétée par son allié russe, dont un avion militaire s’est écrasé à l’atterrissage en Syrie, tuant les 39 personnes à bord.

États-Unis : bond de 30% des visites aux urgences dues à des overdoses d’opiacés

Entre juillet 2016 et septembre 2017, les visites aux urgences liées à des overdoses d’héroïne ou d’antidouleurs ont explosé, signe d’une crise persistante.

Les services d’urgence hospitaliers ont enregistré une hausse de près de 30% du nombre de patients transportés pour overdose d’héroïne, de fentanyl ou d’antidouleurs entre juillet 2016 et septembre 2017, indication que la crise des opiacés s’aggrave aux États-Unis, selon un rapport sanitaire publié mardi.

Aucun État n’est épargné. “Bien avant d’avoir reçu les certificats de décès, les données des services d’urgence sont en mesure de signaler la hausse alarmante des overdoses liées aux opiacés”, a relevé Anne Schuchat, directrice par intérim des Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) à l’origine de ce rapport

“Cette épidémie à propagation rapide affecte à la fois les hommes et les femmes, et des personnes de tous âges. Elle ne s’arrête pas aux frontières des États ou des comtés et elle est en hausse dans toutes les régions des États-Unis”, a-t-elle ajouté.

Hausse des décès liés aux opiacés en 2016. Selon les CDC, 142.557 visites aux urgences des hôpitaux américains entre juillet 2016 et septembre 2017 concernaient des cas présumés d’overdoses aux opiacés. Cela représente un bond de 29,7% sur la période. Le rapport ne précise pas si le nombre de décès liés à des opiacés a augmenté sur le même laps de temps, car les certificats de décès peuvent être plus longs à collecter. 

En 2016, 63.632 personnes sont mortes d’overdoses aux États-Unis, soit une hausse de 21,4% par rapport à 2015, selon les CDC. Près de deux tiers des overdoses mortelles en 2016 impliquaient des opiacés – obtenus grâce à une ordonnance, procurés illégalement ou les deux -, une augmentation de 27,7% par rapport à l’année précédente.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *