Afrique du Sud : l’ANC donne 48 heures à Jacob Zuma pour démissionner

Le président sud-africain Jacob Zuma, est âgé de 75 ans, est affaibli par une série d’affaires de corruption.

Le Congrès national africain (ANC) a décidé de donner 48 heures au président Jacob Zuma pour qu’il démissionne de ses fonctions de chef de l’État sud-africain, rapporte la chaîne de télévision SABC citant plusieurs sources, lundi. Le président de l’ANC, Cyril Ramaphosa, a quitté vers 22h30 (20h30 GMT) la réunion marathon du conseil national exécutif (NEC) du parti pour informer Jacob Zuma de la décision, ajoute la chaîne de télévision. La réunion qui se déroulait dans un hôtel de Pretoria a duré huit heures.

Affaires de corruption. Jacob Zuma, qui est âgé de 75 ans, est affaibli par une série d’affaires de corruption. Il a déjà perdu ses fonctions à la tête de l’ANC. Il a été remplacé en décembre par son vice-président Cyril Ramaphosa. Le conseil national exécutif de l’ANC dispose du pouvoir de réclamer la démission de Jacob Zuma.

-La hausse du niveau des océans s’accélère

Le rythme de la hausse annuelle du niveau des océans, qui est d’environ trois millimètres par an actuellement, pourrait plus que tripler pour atteindre 10 millimètres supplémentaires chaque année d’ici 2100.

La montée des océans s’accélère et le niveau des eaux pourrait grimper de 65 centimètres d’ici la fin du siècle, un chiffre conforme aux estimations des Nations unies et qui pourrait poser de sérieux problèmes aux villes côtières, rapporte une étude publiée lundi.

Rythme qui pourrait tripler. Le rythme de la hausse annuelle du niveau des océans, qui est d’environ trois millimètres par an actuellement, pourrait plus que tripler pour atteindre 10 millimètres supplémentaires chaque année d’ici 2100, selon les données publiées dans les Comptes-rendus de l’Académie américaine des sciences (PNAS). Les résultats de ces travaux se basant sur des informations collectées par des satellites durant 25 ans “sont à peu près en accord avec les projections du rapport AR5 (présenté en 2014, ndlr) du groupe d’experts sur le climat de l’ONU (Giec)”.

Estimation prudente. “Cette accélération, provoquée principalement par la fonte accélérée du Groenland et de l’Antarctique, peut potentiellement doubler la hausse totale du niveau des océans d’ici 2100, en comparaison avec les projections qui partaient du principe que la hausse serait constante”, a expliqué l’auteur principal de l’étude Steve Nerem, professeur d’ingénierie aéronautique à l’Université du Colorado. Avec cette hausse qui s’accélère chaque année, le niveau des océans augmenterait ainsi de plus de 60 centimètres d’ici la fin du siècle, selon le professeur Nerem. “Et c’est naturellement une estimation prudente”, prévient-il.

Le changement climatique entraîne la montée des océans via deux phénomènes : la fonte rapide des glaces dans les pôles et les concentrations accrues de gaz à effet de serre dans l’atmosphère. Ce dernier phénomène réchauffe la température de l’eau. Or l’eau chaude – moins dense que l’eau froide – prend plus de place. Ce mécanisme est déjà responsable de la moitié des sept centimètres de hausse constatés au cours de 25 dernières années, toujours selon le professeur Nerem.

-Le pape condamne les médias qui “salissent” les migrants

Pour le pape, “il y a une manière de présenter les choses qui change la vérité” en matière d’immigration, alors que l’Italie est secouée par un fait divers depuis deux semaines.

Le pape François a regretté lundi que les médias “salissent” parfois les migrants en présentant les informations d’une manière incomplète. En recevant les participants à une journée de prière et de réflexion sur la traite des êtres humains, le pontife argentin est longuement sorti de son discours, en particulier pour un commentaire en résonance avec l’actualité italienne.

Le meurtre d’une jeune fille à Macerata. “Il y a quelques mois, j’ai vu sur un journal un titre sur une petite ville d’Italie qui disait : ‘Voici la ville où il y a eu le plus de viols cette année – je ne me souviens plus de la ville, ce n’est pas important – et 40% des violeurs étaient des migrants'”, a raconté le pape.

“C’est une façon de ‘salir’ les migrants. Mais moi je me demande : et les autres 60%, ils étaient quoi ? Italiens. Il y a une manière de présenter les choses qui change la vérité”, a-t-il insisté. Depuis près de deux semaines, l’Italie est secouée par le meurtre d’une jeune fille de 18 ans retrouvée découpée en morceaux à Macerata, dans le centre de l’Italie, pour lequel trois Nigérians ont été arrêtés.

Surenchère de promesses anti-immigration. En réaction à ce fait divers sordide, un jeune militant d’extrême droite a tiré au hasard sur une dizaine d’Africains le 3 février à Macerata, faisant au moins six blessés. En pleine campagne électorale pour les élections législatives du 4 mars, ces événements ont provoqué une surenchère de promesses anti-immigration à droite, tandis que certains commentaires ont relevé que d’autres faits divers sordides attribués à des Italiens n’avaient pas eu autant de retentissement.

-Projets d’annexion israéliens : du “vol” avec la “complicité” américaine

Les dirigeants palestiniens durcissent le ton envers Israël et les États-Unis. Ils dénoncent “vol de terres organisé” que constitueraient les projets d’annexion israéliens.

La direction palestinienne a dénoncé lundi les projets israéliens d’annexion de colonies en Cisjordanie occupée comme du “vol de terres organisé”, avec la “complicité” de l’administration Trump.

“Diktat israélien”. Les propos attribués au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu sur des discussions d’annexion avec Washington “constituent le dernier diktat israélien en date et confirment la complicité américaine avec les projets colonialistes israéliens”, a dit dans un communiqué le numéro deux de l’Organisation de libération de la Palestine, Saëb Erakat.

-Expulsé d’Ukraine, l’opposant Mikheïl Saakachvili est arrivé en Pologne

Président de la Géorgie de 2004 à 2013, Mikheïl Saakachvili a été expulsé d’Ukraine après des soupçons de préparation d’un coup d’État.

L’opposant Mikheïl Saakachvili, expulsé d’Ukraine sous l’accusation d’avoir voulu y fomenter un coup d’État, est arrivé lundi soir en Pologne, a déclaré la porte-parole des gardes-frontières polonais.

Sur le territoire ukrainien illégalement. L’ex-président géorgien “a été admis sur le territoire de la République de Pologne”, a déclaré Agnieszka Golias. Mikheïl Saakachvili se “trouvait sur le territoire ukrainien illégalement, c’est pourquoi (…) il a été renvoyé vers le pays depuis lequel il était arrivé en violation de la loi ukrainienne”, ont annoncé plus tôt dans un communiqué les gardes-frontières ukrainiens.

Ancien allié du président ukrainien. Ancien allié du président ukrainien Petro Porochenko et devenu l’un de ses plus vifs détracteurs, Mikheïl Saakachvili avait été arrêté en décembre dernier à Kiev puis libéré. L’ex-président géorgien (2004-2013) est soupçonné de liens avec une organisation criminelle, ce qu’il dément. Il a perdu le 5 février un recours en appel contre son extradition. Une représentante de l’ancien chef d’Etat avait annoncé dans la journée son enlèvement à KIev par des hommes présentés “selon certaines informations”, comme des membres d’une unité spéciale des gardes-frontières.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *