L’Équateur continuera à protéger Julian Assange

Mardi, une juge britannique a refusé de lever le mandat d’arrêt émis par la police locale contre Julian Assange, réfugié dans l’ambassade d’Équateur à Londres. 

L’Équateur a annoncé mardi qu’il continuerait à protéger  Julian Assange, réfugié dans son ambassade à Londres depuis 2012, à la suite de la décision de la justice britannique de maintenir son mandat d’arrêt contre le fondateur de WikiLeaks. Le président équatorien Lenin Moreno a déclaré que la décision du tribunal britannique n’influait pas sur l’attitude de Quito. “Les décisions que prend le tribunal ont sans aucun doute un effet, mais elles ne sont pas déterminantes en ce qui concerne notre décision. Nous continuerons à fournir notre protection à Julian Assange”, a déclaré le président lors d’une rencontre avec la presse étrangère.

Un engagement de Moreno. Lenin Moreno, arrivé au pouvoir en mai dernier, a souligné qu’il avait pris “dès le premier jour de son mandat l’engagement” de protéger Julian Assange, considérant que sa vie “est en danger”. Peu auparavant, le ministère équatorien des Affaires étrangères a déclaré dans un communiqué que Quito “maintiendra la protection internationale pour le citoyen Julian Assange tant que sa vie sera en danger”. Le ministère a souligné qu’il continuait à chercher avec le Royaume-Uni une “solution satisfaisante pour les deux pays et respectueuse des droits de l’homme”.

Le mandat d’arrêt maintenu. Mardi, la juge britannique Emma Arbuthnot a refusé de lever le mandat d’arrêt émis par la police locale contre Julian Assange pour avoir enfreint les règles de sa mise en liberté conditionnelle en se réfugiant à l’ambassade équatorienne. Le 13 février, la magistrate doit par ailleurs décider, à la demande des avocats du fondateur de WikiLeaks, s’il est d’intérêt public de maintenir le mandat d’arrêt européen émis à son encontre, la Suède ayant classé l’affaire dans laquelle il était suspecté de viol présumé.

Julian Assange craint, s’il quitte l’ambassade équatorienne, d’être arrêté puis extradé vers les États-Unis qui veulent le juger pour la diffusion par son site internet de milliers de documents officiels secrets américains.

 

JO-2018 : Pyongyang qualifie les manifestants sud-coréens de “psychopathes”

La Corée du Nord a qualifié les Sud-Coréens qui ont manifesté contre la venue de leurs voisins du Nord aux JO d’hiver de “détritus humains” et de “poulet sans tête”.

La Corée du Nord a dénoncé mercredi les militants anti-Pyongyang qui ont manifesté au Sud contre sa participation aux Jeux olympiques d’hiver de Pyeongchang, les qualifiant de “tas de psychopathes”.

Des drapeaux brûlés. Des centaines de Sud-Coréens en colère ont manifesté mardi contre la venue des Nord-Coréens aux JO au moment de l’arrivée à Mukho, port situé sur la côte orientale de la Corée du Sud, d’un ferry transportant 120 artistes nord-coréens. Certains brandissaient des photos du dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un le visage barré d’un énorme X, tandis que d’autres piétinaient son effigie, brûlant également le drapeau nord-coréen ainsi que l’étendard de l’unification.

“Des détritus humains”. Ils “courraient partout comme des poulets sans tête, ils aboyaient sur le ‘bateau des rouges’, ‘rentrez chez vous’, ‘renforcez l’alliance Corée du Sud/États-Unis'”, a rapporté l’agence officielle nord-coréenne KCNA. “Pire, ils n’ont pas hésité à salir la dignité du commandement suprême de la Corée du Nord et à brûler les drapeaux de la Corée du Nord et de la péninsule”.

Toute insulte contre la famille régnante de Corée du Nord suscite invariablement l’ire de Pyongyang. “Ils ne sont rien moins que des gangsters aveugles inférieurs à des animaux”, a également dit KCNA, qualifiant les manifestants de “détritus humains”.

Une “détente” qui ne plaît pas à tout le monde. La venue de la délégation nord-coréenne s’inscrit dans le cadre de la spectaculaire “détente” que les JO ont permis d’amorcer entre les deux camps, après deux années de fortes tensions alimentées par les programmes nucléaires et balistiques de Pyongyang.

Mais les efforts de paix du président sud-coréen de centre-gauche Moon Jae-In sont loin de faire l’unanimité au Sud. Ses opposants l’accusent d’avoir permis au Nord de prendre les Jeux en otage, rebaptisant la compétition “JO de Pyongyang”.

Un rapprochement éphémère ? D’aucuns mettent également en doute la viabilité du réchauffement au-delà des Jeux. Séoul et Washington avaient accepté de reporter leurs exercices annuels militaires conjoints, mais seulement jusqu’à la fin des jeux paralympiques de mars. Ces manœuvres ne manquent jamais de courroucer le Nord.

 

Les dirigeants de l’Union européenne et Erdogan vont se rencontrer le 26 mars

Recep Tayyip Erdogan va être reçu en Bulgarie par les dirigeants de l’Union européenne fin mars, en Bulgarie, pour un dîner de travail.

Les dirigeants de l’Union européenne (UE) rencontreront le président turc Recep Tayyip Erdogan le 26 mars à Varna, en Bulgarie, pour faire le point sur les relations entre l’UE et la Turquie, a annoncé mardi le porte-parole du président du Conseil européen.

Les libertés fondamentales au menu. Un dîner de travail réunira le président du Conseil européen Donald Tusk, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, le Premier ministre bulgare Boyko Borissov et le président Erdogan. Il sera l’occasion de discuter des libertés fondamentales et de l’État de droit en Turquie, ont indiqué Donald Tusk et Jean-Claude Juncker dans une lettre publiée sur Twitter.

 

Les pandas roux, nouvelles cibles des braconniers en Asie

 Six pandas roux ont été découverts à la frontière entre le Laos et la Chine. Les petits mammifères dont l’espèce est en danger étaient probablement destinés à devenir des animaux de compagnie.

Trois pandas roux, espèce en danger, ont été sauvés des braconniers au Laos le mois dernier, une découverte inhabituelle qui fait craindre aux défenseurs de l’environnement le développement d’un nouveau trafic.

Six pandas roux découverts à la frontière. Le Laos, frontalier de la Chine et du Vietnam, est une plaque tournante dans le commerce mondial de la faune sauvage, mais la découverte de pandas roux est exceptionnelle, d’après les experts. C’est lors d’un contrôle de routine de la douane, à la frontière entre la Chine et le Laos, que six pandas roux ont été découverts.

Seuls trois survivants. Mais seuls trois d’entre eux ont survécu et ont été transférés dans un sanctuaire de Luang Prabang géré par l’ONG Free the Bears, dans le nord du Laos, où ils sont soignés. “Ils ont passé la période de quarantaine initiale de deux semaines, ce qui nous a permis de les déplacer dans des cages plus grandes, où ils ont plus de place pour grimper”, a expliqué Rod Mabin, un des responsables de l’ONG Free the Bears. Le groupe a diffusé des vidéos des trois survivants avec leur longue queue rousse, grignotant des feuilles et mangeant des fruits frais tout en jetant de temps à autre des coups d’œil perplexes à la caméra.

Une espèce en danger. Ces mammifères au pelage roux de la taille d’un chat, originaires de l’Himalaya et du sud-ouest de la Chine, ne doivent pas être confondus avec les pandas géants de Chine. Cette espèce en danger est sur la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) depuis 1960, en grande partie en raison de la réduction de son habitat, mais aussi à cause d’un important braconnage.

De futurs animaux de compagnie. “C’est une découverte très inhabituelle. Ils étaient fort probablement destinés à un zoo privé ou au commerce d’animaux exotiques”, explique Rod Mabin. D’après les premiers éléments de l’enquête, ils étaient en route vers la Thaïlande, destinés à devenir des animaux de compagnie, a ajouté Ang Phuri Sherpa, directeur de l’ONG Red Panda Network, qui souligne la nécessité pour les pays de faire “des efforts supplémentaires pour freiner le commerce illégal”.

D’après un rapport de l’UICN, l’intérêt pour les pandas roux “en tant qu’animaux de compagnie pourrait avoir augmenté, notamment en raison du nombre croissant d'”images craquantes” de ces animaux partagées sur les réseaux sociaux.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *