Mondial 2018 : les supporters français cinq fois moins nombreux que les Péruviens

17.000 billets ont été accordés aux supporters français pour soutenir les Bleus en Russie. Un soutien bien inférieur à celui des Allemands et leurs 330.000 demandes de billets mais du Pérou qui a dépassé les 100.000 commandes de places.

L’équipe de France pourra compter sur son noyau de fidèles supporters au premier tour de la Coupe du monde mais on n’assistera pas à un raz de marée bleu-blanc-rouge en Russie. La Fifa a communiqué la répartition des billets par nation à six mois de l’ouverture de la Coupe du monde le 14 juin.

Au total, 17.000 billets ont été attribués à des Français. Ils seront 2.000 pour soutenir les Bleus à Kazan le samedi 16 juin pour France-Australie, 2.000 encore pour France-Pérou à Iekaterinbourg et 5.200 à Moscou le mardi 26 pour France-Danemark. 8.100 demandes ont déjà été enregistrées pour la suite de la compétition entre les 8es de finale et la finale le 15 juillet.

338.000 billets pour les Allemands

Ces chiffres devraient se gonfler un peu plus à l’occasion de la troisième salve de vente de billets à partir du 13 mars. A ce jour 4.905.169 places ont été vendues (50% ont été achetées par des Russes) mais il est fort peu probable que les fans tricolores rattrapent leur retard par rapport aux grandes nations du football mondial.

338.000 places ont été accordées à l’Allemagne, 186.000 à l’Argentine, 154.000 au Mexique et 141.000 au Brésil. Le Pérou, petit Poucet du Mondial se fera entendre dans les stades avec 100.000 supporters, soit plus de cinq fois plus que les Français qui n’ont jamais eu la réputation d’être de grands voyageurs lorsqu’il s’agissait d’aller supporters leur équipe nationale à l’étranger.

26.000 demandes d’Angleterre seulement

Habitués à se déplacer en masse pour soutenir leur sélection, les Anglais seront probablement très discrets l’été prochain avec seulement 26.600 demandes. Les menaces des hooligans russes qui avaient promis en février 2017 «un festival de violence» ont peut-être découragé une partie des turbulents supporters d’outre-Manche.

Les pays les plus demandeurs de places:

1. Russie 2.503.957
2. Allemagne 338.414)
3. Argentine 186.005
4. Mexique 154.611
5. Brésil 140.848
6. Pologne 128.736
7. Espagne 110.649
8. Pérou 100.256
9. Colombie 87.786
10. États-Unis 87.052
11 Pays-Bas 71.096

JO 2018-Pyongyang presse l’ONU de saluer le dégel entre les deux Corées
Pyongyang a pressé jeudi les Nations unies de saluer l’amélioration des relations dans la péninsule coréenne et de dénoncer les futures manœuvres militaires des États-Unis et de la Corée du Sud qui pourraient faire échouer ce dégel.

Dans une lettre adressée au Secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres, le ministre des Affaires étrangères de la Corée du Nord, Ri Yong Ho, déclare que son pays ne restera pas “inactif” alors que les États-Unis mettent en péril “nos efforts”.

En 2017, les tensions sur la péninsule ont atteint des sommets alors que Pyongyang menait toute une série d’essais militaires, y compris des tirs de missiles balistiques intercontinentaux censés avoir mis à sa portée le territoire continental américain.

En janvier, la Corée du Nord a, contre toute attente, annoncé qu’il était prêt à envoyer ses sportifs au Sud, pour concourir aux jeux Olympiques d’hiver à Pyeongchang, déclenchant un intense processus diplomatique.

“Grâce à notre généreuse initiative, le dialogue intercoréen donne de bons résultats, ce qui réjouit tous nos compatriotes et génère une atmosphère positive en faveur de l’amélioration des relations intercoréennes”, a écrit le ministre des Affaires étrangères.

Il se dit cependant préoccupé par le fait qu’après les JO, les Etats-Unis préparent conjointement avec la Corée du Sud un “exercice militaire belliqueux à grande échelle”.

Il presse donc M. Guterres de demander au Conseil de sécurité d’examiner “la question de l’amélioration des relations inter-coréennes et de décourager les pays voisins de perturber le processus”.

Le secrétaire général de l’ONU effectuera la semaine prochaine une visite officielle en Corée du Sud au cours de laquelle il doit s’entretenir avec les dirigeants à Séoul et assister à la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Pyeongchang.

Le porte-parole de l’ONU, Stéphane Dujarric, n’a pas exclu jeudi que le chef de l’ONU puisse rencontrer un officiel nord-coréen lors de sa visite.

-Coupe Davis : la France repart en conquête
La France remet le Saladier d’argent en jeu avec un premier match contre les Pays-Bas, ce week-end à Albertville.
Bis repetita pour les Bleus ? Sacrée à Lille en novembre face à Belgique, l’équipe de France affronte dès vendredi les Pays-Bas, à Albertville, au premier tour de la Coupe Davis, avec l’objectif d’un doublé jamais réalisé depuis 1932. Un défi de taille pour la bande à Noah, qui a annoncé qu’il quitterait ses fonctions à l’issue de cette campagne.

Avec Pouille et Gasquet, la France favorite
Pour affronter Robin Haase (42e mondial) et Thiemo de Bakker (369e) en simple, Yannick Noah a aligné Lucas Pouille (17e) et Richard Gasquet (33e). Quant au double, la paire classique formée de Nicolas Mahut et Pierre-Hugues Herbert affrontera celle composée de Jean-Julien Roger et Matwe Middelkoop. Côté remplaçants, le forfait de Jo-Wilfried Tsonga a permis à Adrian Mannarino (25e) d’intégrer l’équipe.

La dernière campagne de Noah
Yannick Noah entame sa dernière année à la tête des Bleus. Après avoir perdu en demi-finale pour la première année de son retour, en 2016, puis remporté la compétition l’année suivante, le dernier vainqueur français de Roland-Garros (1983) a annoncé qu’il allait passer la main. “Je pense que trois ans, c’est très bien, je n’ai jamais fait plus que ça. (…) J’habite sur la mer, j’ai envie de continuer. La musique me manque aussi”, a-t-il expliqué pour justifier sa décision, fin janvier. Mais le triple vainqueur de la compétition (1991, 1996, 2017) croit au doublé cette saison :

“Comme l’année dernière, je pense qu’on a un bon coup à jouer cette saison. Si on joue à notre niveau, on peut gagner. Je rempile uniquement pour ça.” Viendra ensuite rapidement le temps de la succession. Cédric Pioline, Fabrice Santoro, Sébastien Grosjean, Amélie Mauresmo ou Mickaël Llodre pourraient se déclarer candidats.

Pourquoi Albertville ?
Point de grande agglomération pour accueillir ce premier tour de Coupe Davis, mais Albertville, plus connue pour ses sports d’hiver que pour sa passion pour le tennis. La commune savoyarde dispose malgré tout d’une Halle Olympique de 5.800 places (remplie pour l’occasion) et ambitionnait au départ de recevoir le premier tour de la compétition… en 2016. Yannick Noah avait insisté pour que les échanges aient lieu aux Antilles, et France-Canada s’était déroulé en Guadeloupe.

Pour ne pas revivre cette déconvenue, Albertville a amélioré son dossier, tout en profitant de l’augmentation de 20% en cinq ans du nombre de licenciés dans le département. La dernière fois que la région a accueilli une rencontre de Coupe Davis, c’était en 1982, pour la finale contre les États-Unis, à Grenoble. Pour la petite histoire, les Bleus avaient perdu 4-1.

Un deuxième tour plus compliqué à l’horizon
Si la logique est respectée, la France ne devrait pas trop souffrir pour s’imposer face aux Pays-Bas, ce week-end. En revanche, en cas de qualification, les Bleus pourraient tomber sur un adversaire bien plus redoutable : l’Italie. Si les Transalpins venaient à bout des Japonais, privés de leur meilleur atout, Kei Nishikori, ils accueilleraient l’équipe de France au second tour. Et le niveau de Fabio Fognini (22e), de Paolo Lorenzi (46e) ou d’Andreas Seppi (78e) devrait poser plus de problème.

Demandez le programme !
Vendredi, 13h30 : Lucas Pouille – Thiemo de Bakker
puis Richard Gasquet – Robin Haase
Samedi, 14 heures : Nicolas Mahut et Pierre-Hugues Herbert – Jean-Julien Rojer et Matwé Middelkoop
Dimanche (si nécessaire), 13 heures : Lucas Pouille – Robin Haase
puis (si nécessaire) Richard Gasquet – Thiemo de Bakker

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *