Après “Wonder Wheel”, verra-t-on encore un film de Woody Allen sur grand écran ?

Alors que la sortie de Wonder Wheel est entachée par les accusations d’abus sexuels qui pèsent sur Woody Allen, les producteurs de son prochain film pourraient lâcher le réalisateur.

Le dernier film de Woody Allen arrive mercredi sur les écrans. La sortie de Wonder Wheel est prévue de longue date, mais tombe particulièrement mal alors que sa fille adoptive, Dylan Farrow, a réitéré le 17 janvier dans un entretien télé les accusations d’abus sexuels contre le réalisateur, après des premières révélations au début des années 1990. Woody Allen continue de démentir, mais la polémique, dans le sillon de l’affaire Weinstein, entache sérieusement le dernier film du cinéaste de 82 ans.

Une fête en larmes. Wonder Wheel est un film sur le désenchantement. L’action se déroule dans les années 1950, à Coney Island, fameuse fête foraine au sud de Brooklyn, avec ses manèges en bois et ses attractions colorées. L’intrigue tourne autour de quatre personnages, une actrice ratée jouée par Kate Winslett, mariée à Humpty, un gros bonhomme alcoolique, et courtisée par le maître-nageur, Justin Timberlake. Mais la fille d’Humpty, issue d’un premier lit, va venir se réfugier chez le couple et séduire elle aussi le maître-nageur. Fille et belle-mère vont donc entrer en concurrence.

Un drame “que l’on aime regarder”. Devant ce scénario, il est difficile de ne pas penser à Woody Allen quittant sa femme Mia Farrow en 1992, pour la fille adoptive de cette dernière et du chef d’orchestre Andre Previn, Soon-Yi Previn, alors âgée d’une vingtaine d’années. Fin novembre, Europe 1 a pu rencontrer le réalisateur avant la sortie de Wonder Wheel, mais celui-ci avait alors refusé d’évoquer l’affaire Weinstein, se contentant seulement de résumer les enjeux de son film : “Ça parle d’amour, de désespoir, de trahison et d’infidélité. Toutes ces choses qui font le drame que l’on aime regarder depuis les Grecs jusqu’à Shakespeare”, expliquait le réalisateur oscarisé.

Le réalisateur lâché de toute part. Wonder Wheel sort en France sur 266 écrans, contre 300 à 400 pour les précédents films. Le film a déjà été privé de tapis-rouge en octobre lors du New York Film Festival, alors qu’un producteur d’Amazon, qui a participé à son financement, s’est retrouvé suspendu en raison d’accusation de délits sexuels. Le Goodpeed Opera House a également suspendu ses représentations de Coups de feu sur Broadway, adaptation théâtrale du film de 1994.

“À la lumière du discours actuel sur le harcèlement sexuel et les comportements inappropriés, l’auteur de Coups de feu sur Broadway, Woody Allen, fait l’objet d’une attention accrue”, a justifié Michael Gennaro, directeur exécutif du théâtre, dans un communiqué. Il faut dire qu’en novembre, évoquant l’affaire Weinstein dans un entretien à la BBC, le réalisateur s’était énervé contre un “climat de chasse aux sorcières” à Hollywood : “N’importe quel type dans un bureau se retrouve obligé d’appeler son avocat pour se défendre après avoir adressé un clin d’œil à une femme”, avait-il notamment déclaré.

Le prochain film annulé ? De nombreux acteurs et actrices ayant collaboré avec le réalisateur ont pris leurs distances avec lui ces derniers mois. Ellen Page, à l’affiche de To Rome With Love, a exprimé en novembre sur Facebook “le plus grand regret” d’avoir joué dans ce film, de même que sa partenaire Greta Gerwing. “Je ne travaillerai plus jamais pour lui”, a-t-elle assuré au New York Times. Le prochain film de Woody Allen, A rainy day in New York, dont aucune date de sortie n’est prévue pour le moment, a déjà commencé à prendre l’eau. Quatre des acteurs, Griffin Newman, Rebecca Hall, Selena Gomez et Thimothée Chalamet ont annoncé reverser leur salaire à des associations contre les violences sexuelles. Amazon, qui produit le film, pourrait même ne pas le sortir en salle, selon une information du site Vulture.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *