Le triomphe de Federer salué dans la presse

Le 20e succès du Bâlois à l’Open d’Australie est largement célébré par la presse internationale. Petit tour d’horizon.

Roger Federer a une nouvelle fois inscrit l’histoire en défendant avec succès son titre de l’Open d’Australie à Melbourne. Et la presse international regorge de superlatifs envers le joueur bâlois.

«La légende du siècle», écrit le quotidien L’Equipe sur sa une. «Aucun autre champion n’a autant marqué l’histoire du sport par son élégance et ses performances», ajoute le journal sportif français de référence.

Le Monde estime que le triomphe de Federer dimanche doit beaucoup à son intelligence. Le Suisse a su «réinitialiser» son tennis pour prolonger sa carrière, estime le quotidien français. «Comme en 2017, le Suisse a éclipsé toute la concurrence aux antipodes», le journal estimant que le joueur est «le seul à sortir son épingle du jeu».

L’exploit de Federer fait également les gros titres en Italie. Immense Federer! Le Suisse gagne pour la sixième fois l’Open d’Australie: «C’est la conclusion d’un conte de fées» pour La Repubblica.

Quant à La Stampa, elle titre sur «Federer: une légende sans fin: remporte son sixième titre en Australie».

La presse allemande salue également l’exploit de Roger Federer, même si elle a plus vibré à la journée de Bundesliga en football. Die Welt rapport les propos élogieux de Boris Becker. «Même dans ses moments faibles, Roger Federer reste plus fort que tous les autres à leur sommet», a déclaré l’ancien champion allemand.

Outre-Manche, la BBC salue «le second âge d’or de Federer». Alors qu’il aurait dû normalement faire du passé en raison de son âge, le voilà qu’il pourrait bien entrer dans une nouvelle période de domination, estime le chef des sports de la télévision britannique. «A 36 ans, Federer bouge nettement mieux que la plupart des sportifs d’élite âgés de 21 ans.»

A l’instar d’autres titres, The Telegraph revient sur les larmes du champion à la remise du trophée… et au fait qu’il n’ait pas promis de revenir l’année prochaine. «L’émotion était tellement intense que nombre de ses fans ont craint le pire», certains y voyant une forme d’adieu. Un oubli vite rectifié en conférence de presse. «Oui, j’aimerais revenir. Je sais que j’ai oublié de le dire après le match», a précisé Roger Federer.

-NBA-8e victoire de suite pour le Thunder8E S

Oklahoma City, porté par l’inévitable Russell Westbrook, a décroché une huitième victoire de suite dimanche en dominant Philadelphie (122-112). Le Thunder a consolidé sa 5e place avec cette 30e victoire de la saison obtenue au lendemain de la grave blessure d’un de ses piliers, Andre Roberson, indisponible jusqu’à la fin de saison.

Les résultats de la nuit :

Milwaukee-Chicago 110-96

Houston-Phoenix 113-102

LA Clippers-New Orleans 112-103

Cleveland-Detroit 121-104

Toronto-LA Lakers 123-111

Oklahoma City-Philadelphia 122-112

San Antonio-Sacramento 113-98

-Elles l’ont fait, Haïti en Coupe du monde de football

Pour la 3ème fois de son histoire Haïti sera présente à une phase finale de Coupe du Monde. En battant le Canada 1-0 en match de classement de la CONCACAF de football féminin U20, Nérilia Mondésir et sa troupe raflent la troisième place qualificative de la zone CONCACAF et compostent leur billet pour Bretagne 2018. Une première dans l’histoire du football féminin haïtien. Une première pour la Caraïbe aussi.

Elles l’ont fait! Nérilia Mondésir est parvenue au but. Pour la première fois de l’histoire Haïti disputera une phase finale de Coupe du Monde et représentera la Caraïbes pour la première fois parmi la crème du football féminin mondial. Le petit poucet a vaincu les grands.

Après le 0-4 que nous avait infligé le Canada mardi lors de la dernière rencontre de la phase de poule, ce sont les représentantes de l’Amérique du Nord qui avaient les faveurs des pronostics. Pire, le fait qu’Haïti ait perdu son stoppeur Emmeline Charles expulsée face aux États-Unis fait que même les plus optimistes nourrissaient quelques doutes.

Équipe réserve oui mais comment inverser 0-4 en victoire? Incroyable pensait-on et les plus défaitistes regrettaient le fait qu’Haïti ait manqué sa chance vendredi après avoir obtenu le nul (1-1) face aux puissantes Joueuses des États-Unis puis perdu aux tirs aux buts (3-0). Aussi quand Marc Collat aligne la même équipe qui a affronté les USA avec seulement deux petits changements : (Danielle Dani Etienne remplace Emmeline Charles avec un changement de position entre elle et Tabita Joseph qu’il associe avec Naphtalie en défense. Bethina Petit-Frère remplace Nelourde Nicolas sur le côté droit de l’attaque) beaucoup ont regardé le match sans grand espoir de qualification.

Et Sherly marque

En mal de réussite depuis le début du tournoi, la nouvelle attaquante d’Issy les Moulineaux symbolisait la maladresse de l’équipe. Contre Trinidad d’abord puis contre le Costa Rica et même contre les États-Unis, la Léogânaise ratait quelques occasions nettes ne cadrant nullement à ses talents de buteuse.

Et quand à la 19e minute la deux fois finaliste des deux dernières éditions du championnat de football féminin se présente devant la portière du Canada et gagne son face à face pour ouvrir le score, c’est tout un symbole que la réussite serait avec le groupe dans ce dernier combat dans la course au billet qualificatif. Les Canadiennes ont parfois oublié qu’elles jouaient au football faisant penser plus au muay Thai.

Mais cela n’a rien changé au score. Seulement au nombre de Canadiennes à finir la rencontre. Haïti s’impose 1-0 et s’offre le droit de disputer la première phase finale de Coupe du Monde de football féminin de son histoire en attendant que Melchie Daelle parvienne à se qualifier pour la catégorie U17 en avril prochain.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *