États-Unis: Dans le New Hampshire, 24 nourissons sur 1000 naissent toxicodépendants.lemonde

Au niveau national, le nombre de bébés ayant été exposés aux drogues durant la grossesse a quadruplé en quinze ans, entraînant des problèmes de concentration et des retards d’apprentissage.

Lorsqu’elle a commencé à s’occuper de ces bébés un peu particuliers, Alison Volpe Holmes était partagée entre colère et découragement. Et puis, cette professeure en pédiatrie à l’hôpital Dartmouth-Hitchcock, à Lebanon dans le New Hampshire, a appris à connaître les parents et à comprendre ce qui avait pu mener des femmes à donner naissance à des bébés dépendants aux opiacés ; des nouveau-nés qui arrivent au monde en pleurant, en suant, avec des nausées. « Ils ont du mal à manger, à dormir, à se calmer, en gros à faire tout ce que font les autres bébés », décrit la pédiatre, qui évoque aussi des cas de naissances prématurées ou d’enfants morts-nés.

A la maternité où elle travaille, 125 enfants en moyenne naissent chaque année affectés par ce syndrome de sevrage néonatal. « Le New Hampshire est l’un des Etats les plus touchés par l’épidémie d’addiction aux opioïdes, explique-t-elle. Et elle n’a pas épargné les jeunes adultes. Souvent, la grossesse constitue une sorte d’électrochoc pour les mères, qui souhaitent se désintoxiquer. » Un programme a été créé spécialement pour les femmes enceintes, il y a quatre ans, dans cet hôpital.

Réconfort psychique
Mais, même si elles débutent un traitement de substitution durant la grossesse, notamment à base de méthadone, l’enfant naît avec les effets du manque. « Pour les bébés les plus atteints, on préconise un traitement à la morphine durant une semaine environ. On leur administre quelques gouttes par jour. Mais de plus en plus souvent, on essaye de diminuer le recours aux médicaments et de privilégier le réconfort psychique. On évite de les placer dans les services de néonatalité, car ils ne leur conviennent pas. » Les bébés sont cajolés, rassurés, tenus dans les bras durant de longues heures par le personnel médical et, le plus possible, par leurs parents.

A travers tout le pays, les équipes médicales travaillant dans les maternités et les services de néonatalité ont dû apprendre ces nouveaux gestes pour répondre à cet effet inattendu et spectaculaire de l’épidémie qui ravage les Etats-Unis. Au niveau national, le nombre de bébés ayant été exposés aux drogues durant la grossesse a quadruplé en quinze ans. Selon les Centers for Diseases Control and Prevention (CDC), qui ont étudié ce phénomène dans vingt-huit Etats entre 1999 et 2013, le Maine, le Vermont ou la Virginie-Occidentale battent des records avec 30 bébés touchés sur 1 000. Dans le New Hampshire, les derniers chiffres parus mi-décembre indiquent un taux de 24 cas pour 1 000 naissances en 2015.

« Mais on traite de mieux en mieux les enfants et les parents », assure Mme Volpe Holmes. La prise de conscience de ce fléau au niveau national conduit peu à peu les équipes médicales à soigner les personnes concernées de manière globale : cure de désintoxication, produits de substitution, suivi psychologique… « La quasi-totalité des mères que je vois ne sont pas devenues dépendantes en commençant avec l’héroïne, précise la pédiatre, confirmant une tendance générale. Une moitié est tombée dans l’addiction en prenant des antidouleurs qu’on leur avait prescrits et l’autre moitié en consommant ceux que des membres de leur famille avaient obtenus sur ordonnance. C’est uniquement lorsqu’elles ne peuvent plus avoir accès à ces produits qu’elles se tournent vers l’héroïne. »

Retards d’apprentissage
Mais une fois sortis de la maternité, nombre de nouveau-nés, dont la majorité est issue de familles défavorisées, connaissent d’autres difficultés. Les études manquent encore pour évaluer précisément les effets à long terme de ces douloureux débuts dans la vie, mais la pédiatre pointe tout de même des problèmes de concentration ou de sommeil et des retards dans les apprentissages.

En outre, si leurs parents ne sont pas aptes à s’en occuper, ils doivent être placés en familles d’accueil. Or, dans certains Etats, l’explosion récente du nombre d’enfants soustraits à leurs parents victimes d’addiction rend désormais difficile le placement. Les fonds publics manquent, tout comme les familles disponibles. Dans certains Etats comme l’Ohio, 60 % des mineurs placés le sont à cause de l’addiction de leurs parents.

En 2012, année où le nombre d’enfants en famille d’accueil a atteint un niveau historiquement bas, 397 000 mineurs étaient concernés ; en 2015, ils étaient 428 000. Et selon les experts, le phénomène s’accélère depuis deux ans. Les addictions aux opioïdes n’ont pas fini de faire sentir leurs effets délétères sur la société américaine.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *