Le pouvoir chinois en guerre contre l’anonymat sur Internet.

A compter du 1er octobre, toutes les communautés en ligne devront enregistrer l’identité de leurs usagers, une énième tentative de Pékin de contrôler les internautes.

Le risque d’être débordé par Internet, un potentiel espace de libre expression – et donc de critique du régime – est une obsession du gouvernement chinois. Dans les rédactions des journaux, à la radio ou sur les chaînes de télévision, la censure veille en amont. Mais en ligne, le lieu du participatif où rumeurs et informations bien réelles mais malvenues se répandent comme une traînée de poudre, le risque est bien plus élevé.

Pour le contrôler, Pékin met les moyens. Il y a la « grande muraille » du Web, qui bloque les sites étrangers dans le collimateur du régime – la BBC, le New York Times, et même Le Monde. Il y a aussi la censure interne aux sites chinois, qui font du zèle pour ne pas s’attirer les foudres de l’Etat. Ils repèrent par filtrage informatique les termes et images sensibles, et peaufinent ensuite, grâce à de petites mains chargées d’effacer ce qui aurait échappé aux automates.

Lire aussi : Chine : bientôt des policiers chez les géants du Web.

Ces mesures ont déjà une certaine efficacité, mais la menace n’est jamais éteinte. D’où le rêve de savoir précisément qui a dit quoi. Et, pour ce faire, les velléités d’imposer l’enregistrement des internautes sous leur identité réelle. A compter du 1er octobre, a annoncé l’Administration du cyberespace de Chine, toutes les communautés en ligne devront enregistrer l’identité de leurs usagers pour promouvoir un Internet « sain et ordonné ».

Directive secrète.

Cette fois sera-t-elle la bonne ? La République populaire nourrit ce projet de longue date. Dès 2003, elle a tenté de rendre la présentation d’une pièce d’identité obligatoire pour accéder aux cybercafés. Puis, en 2006, alors qu’elle ne comptait encore que 137 millions d’internautes, est annoncée l’ambition d’imposer l’identité réelle sur les forums. Mais rien ne bougera concrètement durant au moins trois ans.

C’est au cours de l’été 2009 que les portails d’information populaires à l’époque, Netease, Sohu ou Sina, commencent à mettre en place une directive secrète qu’ils viennent de recevoir des autorités.

Toutefois, sur certains sites, il suffit à l’époque d’entrer un faux nom et dix-huit chiffres d’un faux numéro d’identité pour contourner cette nouvelle exigence. C’est à cette même époque, au lendemain d’émeutes sanglantes dans la région ouïgoure du Xinjiang, que Facebook, Twitter et Youtube deviennent inaccessibles.

Lire aussi : La Russie cherche à museler Internet
Le développement exponentiel des réseaux sociaux va renforcer les craintes du pouvoir et, dès 2012, est annoncée l’obligation de s’enregistrer sous son identité réelle sur Sina Weibo, l’équivalent chinois de Twitter. Mais cette mesure n’est mise en place par le groupe Sina que très progressivement.

Quant à WeChat, l’application qui émerge alors et va rapidement devenir le réseau incontournable des Chinois, elle commence en 2013 à exiger l’enregistrement sous nom réel.
« L’idée est de responsabiliser l’internaute, de faire pression pour qu’il s’autocensure.

Mais les différentes plateformes ont un peu traîné des pieds, par crainte que ceux qui sont réticents à décliner leur identité abandonnent leurs comptes, explique Séverine Arsène, chercheuse au Centre d’études français sur la Chine contemporaine à Hongkong. Il y a une divergence d’intérêts entre le gouvernement chinois et ces sociétés privées qui font leur beurre sur le nombre d’usagers et la vivacité des échanges. »
« Chaos des identifiants »

A chaque fois, ces nouvelles règles se heurtent aux moyens de les contourner. Certains sites utilisent ainsi la vérification par numéro de téléphone : ils sont tous en théorie désormais associés à une identité réelle, mais dans les faits encore cent millions de cartes SIM n’étaient pas enregistrées en 2016, selon un rapport officiel.

Ces poches d’anonymat persistantes agacent vivement le pouvoir. D’autant que Xi Jinping, à la tête du Parti communiste chinois (PCC) depuis l’automne 2012, a repris en main la société civile et muselé ses critiques.

En février 2015, dans un article sur le « chaos des identifiants » publié par l’agence China News Service, un officiel de l’administration du cyberespace s’inquiétait des comptes non identifiés qui « polluent l’écosystème d’Internet, nuisent aux intérêts des masses et enfreignent sérieusement les valeurs fondamentales du socialisme ».
Lire aussi : Censure en Chine : la volte-face des Presses universitaires de Cambridge.

Le 1er juin est entrée en vigueur une loi drastique sur la cybersécurité. A l’approche du XIXe Congrès du PCC, à l’automne, à l’issue duquel M. Xi se succédera à lui-même, les autorités se montrent particulièrement intransigeantes.

Elles ne peuvent pourtant se permettre de bloquer les sites et applications les plus populaires, au risque de se mettre l’opinion publique à dos. « Le système n’est pas parfaitement hermétique, mais permet de s’assurer que la contestation soit marginalisée et du point de vue du gouvernement chinois, c’est ce qui compte », estime Mme Arsène.

Le projet du gouvernement pour alléger l’ISF et la fiscalité des entreprises Par Audrey Tonnelier.

Le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, doit préciser, mercredi, les mesures fiscales envisagées en faveur des entreprises dès 2018.

A moins d’un mois de la présentation du projet de loi de finances (PLF) 2018, prévu le 27 septembre en conseil des ministres, les choix budgétaires du gouvernement en faveur des entreprises et de la fiscalité du capital se précisent.

Le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, attendu mercredi 30 août en clôture de l’université du Medef, à Jouy-en-Josas (Yvelines), devait préciser plusieurs mesures phares du programme d’Emmanuel Macron, fruits de négociations estivales serrées entre le Trésor, les cabinets ministériels de Bercy et le patronat.

A l’heure où le président, en chute dans les sondages, est accusé de favoriser les Français les plus aisés, en repoussant ou en étalant les réformes bénéficiant aux plus modestes (exonération de la taxe d’habitation, baisse de cotisations maladie et chômage sur les salaires…), et où l’objectif de réduction de déficit (2,7 % du PIB en 2018) le contraint à construire un budget au chausse-pied, le gouvernement joue serré.

Mais il compte maintenir le cap. Objectif affiché : donner des gages aux investisseurs en matière d’attractivité de la France, et redynamiser l’économie tricolore.

Lire aussi : Code du travail, antiterrorisme, budget… les dossiers du gouvernement pour la rentrée

« Il s’agit de privilégier le risque et l’investissement. En développant les entreprises, on développe l’emploi », martèle-t-on au cabinet de M. Le Maire, où l’on insiste aussi sur la nécessité « que les entreprises puissent investir, notamment dans le digital, où elles sont très en retard ».

Transformation de l’ISF

Le ministre devait ainsi confirmer, mercredi, la transformation de l’impôt sur la fortune (ISF) en impôt sur la fortune immobilière, tout en précisant que l’immobilier professionnel continuera à y échapper, comme le souhaitait le patronat – confirmant une information des Echos mercredi.

Avec cette mesure, destinée à privilégier le risque au détriment de la « rente », les valeurs mobilières (détention d’actions, d’entreprises, d’obligations…) échapperont à l’impôt. De quoi amputer des trois quarts les recettes pour l’Etat, pour un impôt qui ne rapportera plus que 1,2 milliard.

De plus, outre le fait qu’il est impossible de s’assurer que les sommes non imposées iront bien irriguer le tissu économique, la réforme risque de favoriser la frange supérieure des Français les plus aisés, des « super-riches » aux très hauts patrimoines, qui détiennent en moyenne davantage d’actions et autres titres d’entreprises, mais aussi des œuvres d’art, des yachts, etc.

Les oppositions s’en sont émues : « on va avoir un impôt exclusivement sur les “petits riches” », indiquait cet été au Monde Gilles Carrez, député LR (Val-de-Marne) et ancien président de la commission des finances de l’Assemblée. Il devrait déposer à l’automne un amendement au PLF sur ce point.

Lire aussi : La réforme de l’ISF, premier cheval de bataille de l’opposition

Réduction de l’impôt sur les sociétés

Autre mesure pro-entreprises, mais plus consensuelle puisqu’elle figurait dans la quasi-totalité des programmes des candidats à la présidentielle : la baisse du taux d’impôt sur les sociétés (IS). Il sera ramené à 25 % d’ici à 2022 (contre 33 % aujourd’hui), mais la trajectoire ne sera pas liée à la taille des entreprises, contrairement à ce qu’avait dessiné le précédent gouvernement – l’IS avait été abaissé à 28 % dès cette année pour les PME réalisant moins de 75 000 euros de bénéfice, et les grandes entreprises devaient suivre d’ici à 2020.

Comme l’ont révélé Les Echos mercredi, l’étape d’un taux de 28 % l’an prochain pour toutes les entreprises sur une première tranche de bénéfices (jusqu’à 500 000 euros) sera conservée. Le solde des bénéfices sera ensuite soumis à un taux de 31 % en 2019. Avant de diminuer à 28 % en 2020, 26,5 % en 2021 et 25 % en 2022.

Quant au taux réduit de 15 % (sur les bénéfices jusqu’à 38 000 euros), il ne sera pas élargi aux grosses PME, contrairement aux souhaits de la précédente majorité.
Transformation du CICE en baisse des cotisations patronales.

Sur le crédit d’impôt compétitivité emplois (CICE), symbole polémique du quinquennat Hollande, le patronat n’aura pas entièrement gain de cause. Il sera bien transformé en baisse de charge pérenne à partir de 2019, mais avec un taux abaissé de 7 % à 6 %.

Surtout, la principale critique du Medef n’a pas été jugé recevable. Ce dernier arguait qu’une baisse de charge, en gonflant le bénéfice imposable, rehaussait mécaniquement les taxes payées sur ce dernier. Et réclamait une rallonge.

Fin de non-recevoir à Bercy, qui estime en avoir déjà fait assez, et préfère mettre en avant le fait que la hausse du bénéfice imposable augmentera la participation versée aux salariés – un milliard d’euros, selon M. Le Maire.

Prélèvement forfaitaire unique sur les revenus du capital
La principale incertitude concerne le prélèvement forfaitaire unique, dit « flat tax », sur les revenus du capital. Les nombreuses exonérations déjà annoncées (Livret A, épargne salariale, assurance-vie jusqu’à 150 000 euros) rendent périlleuse l’équation budgétaire de la mesure. Pour l’heure, l’entourage de M. Le Maire évoque toujours un taux « autour de 30 % », conforme au programme du candidat Macron.

La baisse de recette pour l’Etat devrait être de 1 à 1,5 milliard. Selon l’Observatoire français des conjonctures économiques, il en coûterait plutôt 4 milliards pour que la mesure ne génère aucun perdant. Un casse-tête supplémentaire pour Bercy, alors que le gouvernement s’est engagé à économiser 20 milliards d’euros dans le budget 2018.

Le casse-tête de l’assurance-vie

Le placement préféré des Français est-il en danger? A entendre les détracteurs de la réforme fiscale de l’assurance-vie, on pourrait le croire. « La flat tax va pénaliser l’assurance-vie, alors qu’on en exonère le livret A ou l’épargne salariale » peste-t-on du côté des assureurs.

De quoi s’agit-il ? Le gouvernement l’a déjà dit : le prélèvement forfaitaire unique (PFU) ou flat tax, censé remplacer le barème d’imposition des revenus du capital par un taux unique d’environ 30 %, ne touchera pas aux contrats d’assurance-vie de moins de 150 000 euros. Ils resteront imposés à seulement 23 % après huit ans de détention -une formule qui fait tout l’attrait de ce placement, détenu par quelque 37 millions de Français.

Mais pour les assureurs, le seuil de 150 000 euros ne tient pas. « Sachant que les détenteurs ont en moyenne trois contrats, comment s’assurer qu’ils sont dans les clous? » Surtout, en taxant ces contrats à 30 % dès la première année, on inciterait, selon eux, les épargnants à sortir plus tôt (l’assurance-vie est aujourd’hui taxée à 50 % jusqu’à quatre ans de détention).

A l ’encontre de la philosophie de ce placement, censé mettre à disposition de l’économie des sommes sur le moyen terme, et de celle de la réforme gouvernementale, qui veut favoriser l’investissement productif.

« Pour orienter l’épargne vers la prise de risque sans pénaliser les épargnants, nous proposons d’allonger la durée de détention qui ouvre droit à un taux réduit, jusqu’à 10 ou 12 ans. Et de mettre en place un mécanisme incitant les épargnants à investir davantage en actions ou en obligations » indiquent les assureurs.

« La taxe à 30 % va un peu réduire l’intérêt des produits d’assurance-vie, mais ce n’est pas non plus confiscatoire. Toute l’économie française est très déséquilibrée. Nous avons privilégié la sécurité des épargnants et le financement de la dette de l’Etat à bon prix » relativise un banquier parisien.

« Tout cela est en discussion. Ces contrats concernent à peine 5 % des contrats d’assurance-vie» s’agace-t-on au cabinet de Bruno Le Maire. D’autant que « les revenus des versements déjà effectués ne seront pas concernés par la réforme ».

Côté assureur, on répond que s’ils sont minotaires en proportion, ces gros contrats constituent la majorité des encours des quelque 1350 milliards d’euros placés en assurance-vie.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *