Mutinerie à Adiaké : Le Gouvernement pas d’accord avec ces formes de revendication.

Les Forces Spéciales ivoiriennes réclament un dialogue direct avec le président Ouattara.

Le gouvernement ivoirien réuni ce mercredi 8 février, condamne fermement ces formes de revendication.

Les autorités ivoiriennes ont décidé de négocier avec les éléments des Forces spéciales qui ont exprimé, avec des coups de feu, leur mécontentement les mardi 7 et mercredi 8 février, à Adiaké.

« Ces incidents ont été occasionnés par des éléments basés à Adiaké. C’est une attitude qui est malheureusement récurrent. Le gouvernement entamé les discussions avec les concernés », a déclaré le porte-parole du Gouvernement, Bruno Koné.

Le gouvernement ivoirien a tenu à rappeler qu’il condamne et déplore ces formes violentes de revendications. il souligne que ces incompréhensions seront posées sur la table des négociations.

Victimes de guerre: A San Pedro, personne n’a encore été indemnisé.

La présidente de la Plateforme des victimes de guerre de San Pedro a expliqué mercredi à l’AIP que dans la région, aucune victime des crises survenues en Côte d’Ivoire depuis 2002, n’a encore été prise en compte dans l’opération pilote d’indemnisation des victimes, initiée par le ministère de la cohésion sociale et de la solidarité.

Mme Guédé Salimata estime à au moins 2 000 le nombre des victimes de cette région, mais note que lors des auditions de la Commission dialogue, vérité et réconciliation (CDVR) à San Pedro, beaucoup sont restées dans l’ombre par peur, en dépit des assurances données.

Selon Mme Guédé, il y a eu tout de même quelques victimes qui ont été auditionnées par la CDVR, « mais aucune à ce jour n’a bénéficié d’indemnisation au cours des phases pilotes d’indemnisation », provoquant une grande frustration chez les victimes dans cette région, s’estimant oubliées.

Elle a ajouté que dans la région de San Pedro, « il y a eu des tueries, des viols, des destructions de biens dont des domiciles, des pertes de plantations, des pertes d’emplois liées à la guerre, des familles disloquées, de nombreuses familles en situation de précarité extrême. »

Créée en 2015, la Plateforme des victimes de guerre de San Pedro a démarré ses activités en 2016.

Face à une délégation du Fonds au profit des victimes (FPV) près la Cour pénale internationale (CPI) venue pour une évaluation de la situation des victimes de la région, la présidente a plaidé pour que les victimes de San Pedro ne soient pas oubliées.

Gendarmerie : Les nouveaux chefs de commandement officiellement installés.

Quatre nouveaux chefs de la gendarmerie ivoirienne ont pris officiellement fonction le mardi dernier au cours d’une cérémonie de transfert de commandement sur la place d’armes de l’école de gendarmerie à Cocody.

Il s’agit des colonels Bakayoko Lassina, Yéo Ousmane, M’bahia patrick Alexandre et du lieutenant-colonel Bassanté Badra Aly a-t-on appris d’une source militaire.

Les nouveaux promus ont respectivement en charge l’école de gendarmerie d’Abidjan, la première légion de gendarmerie territoriale, la première légion de gendarmerie mobile et du groupement d’intervention et la sécurité de la gendarmerie nationale.

La cérémonie de passation de commandement, a été présidée par le commandant supérieur de la gendarmerie, le général de brigade Kouakou Nicolas qui a profiter de cette occasion pour rappeler aux nouveaux chefs de corps que leur nomination s’inscrit dans la vision du président de la république Alassane Ouattara qui prône un nouveau dynamisme pour ce corps d’élite afin de garantir la défense et la sécurité de la côte d’ivoire

Outre le général Nicolas Kouakou, cette cérémonie a enregistré la présence des autorités politiques, administratives et coutumières de la ville et la haute hiérarchie militaire.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *