Les forces irakiennes libèrent l’université de Mossoul de l’emprise de Daech.

REPORTAGE – Les hommes de Daech avaient transformé le campus de Mossoul en centre de commandement et de fabrication d’armes.

De notre envoyé spécial à Mossoul.

Jafar Ahmed, le dos contre une bouche d’aération, souffle, ferme les yeux, les rouvre, puis bondit, le dos courbé, vers le mur d’enceinte du toit de la section technique de l’université de Mossoul.

Le mur est crénelé comme les remparts d’un château fort. Derrière un créneau, Jafar demande à son ami Mohammed Sabea s’il est prêt.

«Oui», répond Mohammed, assis en tailleur, cagoule sur le visage, l’œil droit derrière la lunette de son fusil de précision M40. Mohammed pose le fusil à terre. Les deux tireurs échangent leurs positions.

Jafar sort un paquet de cigarettes, le lance à Mohammed, pose un casque antibruit sur ses oreilles, prend le fusil et l’ajuste.

Mohammed souffle, ferme les yeux, les rouvre, puis bondit derrière la bouche d’aération. Il prend une cigarette, l’allume, expire la fumée et semble prendre conscience, à …

Turquie : L’auteur présumé de la tuerie du Nouvel an arrêté à Istanbul.

L’homme suspecté d’avoir tué 39 personnes dans une discothèque au nom de l’Etat islamique la nuit du Nouvel an a été retrouvé dans un appartement avec son fils de quatre ans. Au total, cinq personnes auraient été arrêtées lundi soir.

La police turque a arrêté l’homme suspecté d’avoir tué 39 personnes dans une discothèque d’Istanbul le soir du Nouvel An, a affirmé lundi soir l’agence progouvernementale Anadolu, la chaîne de télévision d’État TRT ainsi que le site du journal Hürriyet.

L’auteur présumé de ce massacre revendiqué par le groupe État islamique a été retrouvé avec son fils de quatre ans dans un appartement du quartier stambouliote d’Esenyurt au cours d’une opération policière.

Des sources officielles ont confirmées ces informations au journal britannique The Guardian.

Il était en cavale depuis plus de quinze jours et des informations laissaient entendre qu’il n’avait jamais quitté Istanbul. Les autorités avaient entretemps renforcé les contrôles aux frontières pour éviter que l’assaillant ne leur échappe.

Selon l’agence progouvernementale Anadolu, le suspect arrêté se nomme Abdulgadir Masharipov, l’agence de presse Dogan indiquant pour sa part qu’il utilisait comme nom de code Ebu Muhammed Horasani au sein de l’EI.

Ces noms figuraient dans les informations publiées le 8 janvier selon lesquelles les services de renseignement et la police anti-terroriste d’Istanbul avaient identifié l’assaillant de la nuit du Nouvel an comme un Ouzbek de 34 ans, faisant partie d’une cellule de l’EI en Asie centrale.

L’identité de l’assaillant présumé a donné lieu à quelque confusion au lendemain du massacre, certaines informations suggérant qu’il pourrait s’agir d’un Kirghize, d’autres évoquant un Ouïgour de Chine.

Selon TRT, l’arrestation s’est produite lors d’une opération menée conjointement par la police et les services secrets turcs MIT. L’agence de presse Dogan a publié une photo du suspect, le visage ensanglanté et vêtu d’un T-shirt, fermement maintenu au cou par un policier.

Selon la chaîne TRT, le suspect résidait dans un appartement loué par un ressortissant kirghize à Istanbul, qui a été également arrêté. D’après Anadolu, cinq personnes ont été arrêtées dans l’opération de lundi soir, dont trois femmes.

Jeudi, un vice-premier ministre turc avait déclaré que l’homme avait été localisé. Depuis quinze jours, des dizaines de personnes ont été entendues par les enquêteurs turcs dans le cadre de cette affaire.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *