Qu’est devenu le Centre Olympique de Rio?

Il y a presque trois mois, les Jeux Olympiques débutaient à Rio de Janeiro, au Brésil, pour deux semaines d’épreuves. Pour organiser un tel événement, les villes ainsi que les pays eux-mêmes doivent investir énormément dans diverses infrastructures qui vont accueillir tous les sports qui composent les JO. Côté tennis, qu’est devenu le Centre Olympique ? Réponse.

Des années de travaux pour deux semaines de compétitions, voilà ce que représente la logistique d’un événement tel que les Jeux Olympiques. Au Brésil, il y eu énormément de constructions réalisées pour accueillir toutes les disciplines, dont le tennis, qui a eu droit à « son » Centre Olympique pour une somme avoisinant les 53 millions d’euros.

Une pluie de critiques

Malgré l’investissement réalisé pour les travaux, les athlètes avaient laissé des critiques à l’organisation sur le Centre Olympique de tennis. L’Espagnol Rafael Nadal avait été gêné par l’éclairage qui était trop fort et souvent allumé pendant la journée, tandis que la Russe Svetlana Kuznetsova avait tout simplement affirmé que le Centre Olympique était mauvais et qu’il paraissait être encore en travaux.

Des critiques qui n’ont pas ébranlé la fierté des Brésiliens. Marcelo Melo, présent au tournoi BNP Paribas Masters de Paris, nous a accordé quelques minutes pour aborder ce thème. Le joueur brésilien de double préfère voir le bon côté des choses. « Je suis très content de la manière dont les Jeux Olympiques se sont déroulés. Il y a eu des petits problèmes, mais tous les JO en ont. Le Brésil a montré qu’il était capable d’organiser de grands événements.

La plupart des athlètes que j’ai croisés à Rio, étaient sous le charme du Brésil, de la ville olympique et je n’ai eu que des compliments. Les joueurs du circuit présents à Rio étaient heureux de la manière dont ils avaient été accueillis. Je pense que tous les Brésiliens ont été fantastiques avec les athlètes, et j’ai une pensée spéciale pour les volontaires. »Pour Marcelo Melo, les critiques sont obligatoires lors de ce genre d’événement. « Vous ne pouvez pas plaire à tout le monde, c’est évident.

Et puis je confirme qu’il y a eu des petits soucis, mais ce n’était pas d’énormes problèmes. Je pense que ceux qui relèvent les petits tracas, ce sont ceux qui n’étaient pas contents que le Brésil ait réussi à organiser les JO, ou ceux dont les participations n’ont pas été à la hauteur de leurs espérances. »

Un centre d’entraînement pour le Brésil ?

Si on en croit le projet initialement proposé, le Centre Olympique de tennis, comme d’autres structures, devait être reconverti en un centre d’entraînement pour plusieurs disciplines, dont le tennis qui pourrait profiter du stade principal, Maria Esther Bueno Court, d’une capacité de 10 000 places.

Toutefois aucune décision n’a été prise jusqu’à maintenant. Marcelo Melo, joueur brésilien et spécialiste du double, a lui-même reconnu que pour l’instant, rien n’avait été décidé. Au Brésil, certaines instances craignent un « éléphant blanc ».

Renato Cito, président de la Fédération de tennis de l’Etat de Rio de Janeiro, a évoqué cette crainte dans des déclarations recueillies par le journal brésilien O Globo. « S’ils croient qu’ils arriveront à gagner de l’argent avec des concerts de rock ou des championnats de tennis, comme l’Open de Rio, le chemin est grand ouvert pour que cela devienne un « éléphant blanc ».

L’endroit ne va pas être utilisé. Notre proposition est que le Centre de tennis devienne un lieu pour le développement de notre sport, avec l’accueil des élèves des écoles publiques qui sont aux alentours du stade, et aussi de la création d’écoles de formation, entre autres projets. »

Le futur du tennis brésilien en jeu…

Les infrastructures des JO pourraient ou devraient être utilisées par les villes qui les ont construites, toutefois l’absence de moyens ou le coût élevé de la maintenance mènent souvent à l’abandon de ces sites. A Athènes, en Grèce, en 2004, la plupart des édifices sont en ruines, certes il y eu la crise, mais aucun plan n’avait été vraiment défini pour ces structures. Même à Pékin, en Chine, où ce sont réalisés les JO de 2008, le parcours de Kayak ou l’arène de beach-volley sont impraticables.

Des cas similaires, on en trouve tout au long de l’histoire. Côté tennis, on notera que le court d’Atlanta, aux Etats-Unis, où se sont déroulés les JO de 1996, est plus proche d’un terrain vague que d’un court où l’Américain André Agassi a été sacré champion olympique.

Marcelo Melo encourage les autorités brésiliennes à réagir et à trouver des solutions. Le joueur brésilien, qui a déjà été numéro 1 mondial en double, serait favorable à une approche comme celle proposée par Renato Cito. « J’espère que le Brésil va utiliser les infrastructures qui ont été construites, et je ne parle pas que du tennis, je parle également des autres sports.

C’est ce qu’on appelle l’héritage olympique. On doit profiter de ce qui a été réalisé pour former de jeunes athlètes, car cela va profiter à tout le monde, que ce soit côté culture, côté touristique, ou même dans le domaine de la santé. J’espère, dans le cas spécifique du tennis, qu’on utilise les terrains pour faire des tournois, et y créer un centre de formation pour la Confédération de tennis. Je pense qu’ils réussiront à former de plus en plus de jeunes talents. »

Le Brésil, et en particulier Rio de Janeiro, devront prendre exemple sur Londres, la capitale anglaise, qui avait un plan défini pour le futur des infrastructures olympiques. A Rio, pour l’instant, la concession pour 25 ans du Parc Olympique, du quartier Barra da Tijuca a été repoussée pour la troisième fois. Pour l’instant tout reste en l’état, ce sont les services municipaux qui s’occupent des sites…

– Tennis: Andy Murray, à un match de devenir n°1 mondial
Le tournoi BNP Paribas Masters de Paris a connu ce vendredi 4 novembre LA plus grosse surprise de l’épreuve. Novak Djokovic, numéro 1 mondial, a été éliminé par le Croate Marin Cilic et pourrait perdre sa place de leader au classement ATP, si le Britannique Andy Murray se hisse jusqu’à la finale de ce Masters 1000. En tout cas, l’actuel numéro 2 mondial a parfaitement tenu son rang face à Tomas Berdych en quarts de finale.

Pour la première fois dans sa carrière, Andy Murray, le joueur britannique, peut devenir numéro 1 mondial, et pour cela, il n’a plus qu’un seul match à remporter, la demi-finale face au Canadien Milos Raonic.

Novak Djokovic, une défaite qui peut coûter cher

Andy Murray avait besoin d’une défaite prématurée de Novak Djokovic dans le tournoi parisien pour espérer le passer dès cette épreuve au classement, c’est chose faite.

Le Serbe Novak Djokovic a occupé durant 223 semaines la première place du classement mondial, dont 122 consécutives, et il pourrait céder son fauteuil de leader dès la prochaine actualisation du classement, le lundi 7 novembre. Le joueur serbe a été battu lors des quarts de finale par le Croate Marin Cilic en deux sets, 4-6 et 6-7 (2-7) en 1h44′.

Une contre-performance pour celui qui était le triple tenant du titre, et qui comptait quatre victoires au tournoi de Bercy au total. Malheureusement Novak Djokovic n’a jamais été en mesure de battre le 10e joueur mondial. Le Serbe semble fatigué en cette fin de saison, mais il lui restera le Masters de Londres pour essayer de reprendre la tête du classement mondial, si Andy Murray lui a chipé entre-temps…

Andy Murray, un match pour devenir n°1

Le Britannique Andy Murray a eu quelques difficultés, mais a réussi à battre le Tchèque Tomas Berdych en deux sets, 7-6 et 7-5 en 1h59’, lors des quarts de finale du tournoi. Une rencontre disputée sous pression pour le numéro 2 mondial, car il pourrait enfin atteindre le fauteuil de leader.

L’équation est assez simple. Andy Murray doit atteindre la finale de Bercy pour devenir numéro 1 mondial le lundi 7 novembre. Pour cela, il devra battre le Canadien Milos Raonic, 5e mondial, qui s’est débarrassé du Français Jo-Wilfried Tsonga.

Le duel est toutefois déséquilibré. Andy Murray a remporté 9 matches contre 4 pour Milos Raonic. Les statistiques sont encore plus catastrophiques pour le Canadien sur cette saison 2016, car il a perdu les cinq rencontres où il a dû livrer un duel avec le Britannique. Autant dire qu’Andy Murray est à un pas de devenir le prochain numéro 1 mondial. Une place qu’il occupera pour la première fois de sa carrière, lui qui a dû subir la loi, au fil des années, du Suisse Roger Federer, de l’Espagnol Rafael Nadal, et du Serbe Novak Djokovic. Pour cela, il faudra gagner.

John Isner et Milos Raonic, les deux autres demi-finalistes

Le Canadien Milos Raonic aura été le bourreau du dernier Français en lice, Jo-Wilfried Tsonga. La rencontre a tourné à l’avantage du joueur canadien, qui a remporté le match en deux sets, 6-2 et 7-6 en 1h31’. Une défaite qui élimine le Français de la course au Masters de Londres.

L’Américain John Isner est l’invité surprise de ces demi-finales, car c’est l’unique qui n’était pas tête de série à Bercy. John Isner a éliminé son compatriote Jack Sock en trois sets, 7-6, 4-6 et 6-4 en 2h17’. Celui qui est 27e au classement ATP, affrontera le Croate Marin Cilic pour une place en finale du tournoi parisien.

Les demi-finales se déroulent ce samedi 5 novembre. Le plus grand enjeu sera de savoir si Andy Murray va réussir à gagner et à atteindre la place de numéro 1 mondial. Côté Masters de Londres, l’épreuve qui réunit les huit meilleurs mondiaux, il n’y a plus de suspense. Jo-Wilfried Tsonga et Tomas Berdych, en étant éliminés, ont cédé la dernière place à l’Autrichien Dominic Thiem, qui avait pris la porte du Masters 1000 de Paris dès le second tour.

– Masters 1000 – Paris-Bercy : Tsonga éliminé par Raonic
Le dernier Français en lice a été sorti par le Canadien en deux sets, vendredi soir en quarts de finale du tournoi parisien.

Milos Raonic s’est qualifié pour les demi-finales du Masters 1000 de Paris-Bercy en battant Jo-Wilfried Tsonga en deux sets 6-2, 7-6 (7/4) vendredi. Le Canadien, 5e mondial, affrontera le Britannique Andy Murray, qui deviendra le nouveau n°1 mondial en cas de victoire. Avec cette défaite de Tsonga, il ne reste désormais plus aucun Français en lice dans le tournoi parisien.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *