Foot : Deux ans de prison requis contre Neymar pour son transfert présumé frauduleux

Poursuivi pour “corruption dans les affaires”, le parquet espagnol a requis deux ans de prison et dix millions d’euros d’amende contre Neymar.

Le parquet a requis deux ans de prison et dix millions d’euros d’amende à l’encontre de l’attaquant brésilien Neymar, poursuivi pour “corruption dans les affaires” suite à son transfert au FC Barcelone, a-t-on appris mercredi de source judiciaire.

Le parquet requiert “deux ans de prison (….) et une amende de dix millions” d’euros, selon les réquisitions consultées par une correspondante de l’AFP. En Espagne, les réquisitions sont rendues avant le renvoi devant un tribunal, que le juge en charge du dossier pourrait prononcer rapidement.

-CAN-2017: la CAF dément les “rumeurs persistantes” de délocalisation

La Confédération africaine de football (CAF) a démenti les “rumeurs persistantes” de délocalisation de la CAN-2017 organisée au Gabon (14 janvier-5 février), affirmant qu'”il n’a jamais été question de trouver un pays de substitution”, alors que le pays traverse une crise politique majeure, mercredi dans un communiqué.

“Des rumeurs persistantes, circulant ces derniers jours sur les réseaux sociaux, désormais relayées par des organes d’information, font état de la délocalisation de la CAN-2017”, a écrit l’instance africaine dans un communiqué.

“La CAF tient à rappeler que, comme réitéré à moult reprises au cours de diverses interviews par son président, Issa Hayatou, il n’a jamais été question de trouver un pays de substitution pour abriter la CAN-2017”, a-t-elle ajouté.

La compétition, qui doit se dérouler dans les villes de Libreville, Franceville, Port-Gentil et Oyem, représente un enjeu politique pour le président Ali Bongo, dont la réélection après le scrutin à tour unique du 27 août a entraîné des manifestations, des émeutes et des pillages sévèrement réprimés.

Hayatou avait confié début octobre que la CAF avait refusé de “décaler de quelques jours” la tenue du tournoi, après les troubles suscités par les résultats de l’élection présidentielle.

Le Gabon jouera le match d’ouverture le 14 janvier à Libreville contre la Guinée-Bissau, avant d’affronter le Burkina Faso et le Cameroun.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *