Le groupe suédois se produira dans le monde entier grâce à la technologie de la réalité virtuelle.

Une légende de la musique s’apprête à remonter sur scène. Enfin, presque. Plus de trente ans après sa séparation, le groupe Abba va effectuer une tournée mondiale en 2018… mais en réalité virtuelle. Peu de détails ont cependant filtré sur ce projet, qui devrait s’éclaircir en 2017, a annoncé mercredi le quotidien britannique The Guardian.

Des doubles numériques sur scène. Les quatre membres du célèbre groupe suédois ne remonteront donc pas tous ensemble sur scène, au grand de leurs fans. A leur place, des doubles numériques chanteront leurs classiques Dancing Queen, Mamma Mia ou encore Gimme ! Gimme ! Gimme !.

Benny Anderson, un des membres du groupe, a expliqué les motivations de ce projet. “Nous sommes inspirés par les possibilités sans limités offertes par le futur, ainsi que pour créer quelque chose de nouveau. Une machine à remonter le temps pour capturer l’essence de ce que nous étions. Et de ce que nous sommes”, a-t-il assuré.

Deux apparitions tous ensemble en 2016. Abba, qui s’est séparé en 1982, ne s’est jamais reformé depuis. Les quatre membres du groupe ont fait une apparition publique, tous ensemble, pour l’ouverture d’un restaurant en janvier 2016 à Stockholm. En juin dernier, ils ont même chanté leur titre The Way Old Friends Do, lors d’une fête privée dans la capitale suédoise, relève The Guardian.

Benny Anderson avait cependant démenti les rumeurs de reformation, affirmant ne pas “croire” qu’ils remontraient (en chair et en os) ensemble sur scène. Le groupe aurait vendu plus de 380 millions d’albums depuis 1974.

– Aznavour reçoit une étoile d’honneur de la communauté arménienne à Hollywood
Le chanteur d’origine arménienne en a profité pour rendre hommage aux États-Unis, un pays où il est souvent venu travailler et chanter.

Le légendaire chanteur Charles Aznavour a reçu une étoile d’honneur à Hollywood jeudi, remise par la communauté arménienne de Los Angeles, déclarant au passage son amour aux États-Unis, à son public et à la langue de Molière.

“Je suis très honoré”. Le “Frank Sinatra français” s’est dit très ému de recevoir cette étoile à l’image de celles qui pavent la “Promenade de la célébrité” (Walk of fame), même si celle-ci est purement honorifique, reconnaissant sa contribution à la culture arménienne, et ne sera pas posée sur Hollywood Boulevard.

“Je suis très honoré et très ému de recevoir cette étoile”, a déclaré l’auteur de 1.200 chansons, lors d’une cérémonie au théâtre Pantages d’Hollywood, où il sera sur scène vendredi. “Je viens à Hollywood depuis des années, j’ai beaucoup travaillé aux États-Unis car (…) le pays du ‘show-business’, c’est l’Amérique”, a déclaré le musicien de 92 ans.

“La Turquie a raté quelque chose”. Né en France de parents arméniens, celui qui est devenu l’un des plus ardents porte-drapeaux de la diaspora arménienne a souligné que cette communauté, “c’est (ma) base”.

“Ce qui m’amuse beaucoup, c’est que la Turquie a raté quelque chose, ils n’ont pas un seul grand chanteur, j’aurais été un chanteur turc et aujourd’hui je suis un chanteur français, ce qui prouve que les génocides ne servent à rien, il y a toujours des survivants”.

Le génocide arménien, reconnu par plusieurs Parlements étrangers, a fait plus de 1,5 million de victimes, selon l’Arménie et de nombreux historiens. La Turquie récuse le terme de génocide mais reconnaît des massacres de grande ampleur commis en 1915 à la fin de l’empire ottoman.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.