Présidentielle américaine: Une permanence républicaine emportée par les flammes

Les réunions publiques de Donald Trump sont souvent houleuses et ont parfois donné lieu à des empoignades entre ses partisans et des manifestants qui lui sont opposés. Mais on n’avait jamais vu l’inverse.

C’est donc l’émoi chez les républicains lorsqu’une bombe incendiaire a partiellement détruit dans la nuit de samedi 15 à dimanche 16 octobre, la permanence du parti républicain de Hillsborough, petite ville de Caroline du Nord.

Sur le mur du bâtiment voisin avait été tagué le message suivant : « Républicains nazis, quittez la ville ou sinon.. », accompagné d’une croix gammée. Comme il n’y avait pas de caméras de surveillance dans le quartier, l’auteur de l’attaque n’a pas encore été identifié par la police. Mais l’incident a provoqué des remous, à trois semaines de l’élection.

Hillary Clinton a dénoncé un acte horrible et inacceptable, alors que Donald Trump a accusé « les animaux qui représentent Hillary Clinton » d’être responsables.

Le gouverneur républicain de Caroline du Nord, Pat McCrory prend l’affaire très au sérieux. « Je ne veux pas de représailles de l’autre camp. La pire chose serait un accroissement de la violence qui serait une attaque directe contre le processus démocratique », a-t-il déclaré.

Même si personne n’a été blessé, l’attaque a choqué la population pourtant à majorité démocrate. Et une campagne en ligne, dirigée par un démocrate, a réuni 10 000 dollars en 40 minutes pour réparer la permanence républicaine et montrer que « les Américains ont soif de décence et de civilité ». Dont acte, Mr Trump.

-Irak : la bataille de Mossoul pourrait durer “des mois”
Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, a averti mardi sur le risque d’enlisement de la bataille pour la reprise de Mossoul en Irak, où la France apporte notamment un soutien aérien.

La bataille pour la reprise de la ville irakienne de Mossoul au groupe djihadiste Etat islamiste (EI) promet de durer “plusieurs semaines”, voire “des mois”, a averti mardi le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian. “C’est une bataille qui va être longue, ce n’est pas un Blitzkrieg (guerre éclair, NDLR)”, a-t-il déclaré lors d’une visite au salon de l’industrie de défense navale Euronaval au Bourget, près de Paris.

Le creuset de notre ennemi. “C’est une ville d’un million et demi d’habitants, c’est donc une affaire de longue durée, plusieurs semaines, peut-être des mois”, a-t-il mis en garde. Le ministre a insisté sur l’importance pour la coalition internationale, et notamment la France, d’appuyer les forces irakiennes pour la reprise du fief djihadiste. “C’est le creuset de notre ennemi.

C’est à partir de Mossoul et de Raqa (Syrie) qu’ont été fomentés les attentats dont nous avons été victimes et que se fomentent d’autres perspectives”, a-t-il dit. “Donc il faut taper au coeur. C’est ce que vont faire les Irakiens avec le soutien de la coalition”, a-t-il martelé.

Une réunion internationale à Paris. Jean-Yves Le Drian a rappelé qu’il réunirait 12 homologues de la coalition anti-EI, dont l’Américain Ashton Carter, le 25 octobre à Paris pour “faire un point sur le déroulé des opérations”. Il faut aussi préparer “ce qui se passera après la bataille”, a-t-il ajouté, alors qu’une réunion internationale sur l’avenir de Mossoul est prévue jeudi à Paris à l’initiative du ministre français des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault.

Irakiens et combattants kurdes. La France, qui compte environ 500 hommes en Irak, soutient les forces irakiennes et kurdes engagées à Mossoul par des frappes aériennes, de l’artillerie et de la formation. “Les forces de la coalition, comme la France, sont en soutien […]. Les forces qui sont au sol, au combat, ce sont les forces irakiennes et les peshmergas (combattants kurdes)”, a-t-il insisté.

– Alep : suspension des bombardements russes et syriens pendant huit heures jeudi
Le régime syrien et son allié souhaitent permettre l’acheminement de l’aide humanitaire à Alep mais l’ONU regrette une fenêtre trop courte.

Les armées russe et syrienne ont annoncé la suspension de leurs bombardements durant 8 heures jeudi à Alep en Syrie, dévastée par des raids aériens et de violents combats. “Une pause humanitaire sera mise en place le 20 octobre à Alep de 08h à 16h” heures locales, a déclaré le général Sergueï Roudskoï, de l’état-major russe, lors d’un point de presse. “Les forces russes et syriennes vont suspendre pendant cette période leurs frappes aériennes et tous les autres tirs”, a-t-il précisé.

Pas assez long pour l’ONU. La pause de huit heures proposée par la Russie est “positive” mais pas assez longue pour livrer les secours nécessaires à la ville syrienne assiégée, a estimé lundi le porte-parole de l’ONU Stéphane Dujarric. Il faut “une pause plus longue pour faire entrer les camions” transportant l’aide humanitaire, “nous avons besoin de plus de temps”, a-t-il expliqué en rappelant que l’ONU réclamait des pauses de 48 heures.

Des crimes de guerre. Les bombardements du régime syrien et de son allié russe sur la partie est d’Alep en Syrie “pourraient constituer des crimes de guerre”, a averti lundi l’Union européenne, dénonçant une “escalade catastrophique du conflit” qui dure depuis 2011.

Dans des conclusions adoptées par les 28 chefs de la diplomatie de l’UE, il est aussi question d’initier le travail pour des sanctions individuelles complémentaires contre “des soutiens du régime syrien” accusés de mener la répression dans le pays.

– Climat : “le temps presse” souligne Leonardo DiCaprio
Très engagé sur les questions environnementales, l’acteur sort un documentaire où il constate aux quatre coins du monde les preuves évidentes du changement climatique.

La star américaine Leonardo DiCaprio a lancé lundi soir à Paris un vibrant appel à agir contre le réchauffement climatique car “le temps presse”, aux côtés de la ministre de l’Environnement Ségolène Royal et de la maire de Paris Anne Hidalgo.

Un documentaire engagé. “Le temps presse, la Terre a terriblement besoin de notre aide”, a lancé l’acteur, applaudi avec enthousiasme par plusieurs centaines de personnes réunies au Théâtre du Châtelet à Paris pour la projection du filmBefore the Flood (Avant le Déluge). “C’est pour cela que nous sommes ici ce soir, et c’est tout simplement pour cela que nous avons fait ce film”, a-t-il dit.

Dans ce documentaire signé Fisher Stevens, l’acteur et producteur, qui a décroché cette année un Oscar pour son rôle dans The Revenant, guide les spectateurs à travers le monde à la rencontre d’experts et de politiques afin d’exposer les enjeux du problème et les pistes vers des solutions.

Des preuves du changement climatique. La réalisation du film a donné lieu a été “un voyage incroyable de trois ans, qui m’a conduit, avec le réalisateur Fisher Stevens, aux quatre coins du monde, pour rassembler les preuves des impacts dévastateurs du changement climatique et poser la question de la capacité de l’humanité à résoudre ce qui pourrait être le problème le plus catastrophique auquel elle a jamais été confrontée”, a-t-il déclaré.

Leonardo DiCaprio s’est félicité que “près de 200 pays” aient conclu en décembre 2015 un accord pour réduire les émissions de gaz à effet de serre qui “ne va pas seulement améliorer notre environnement mais aussi nous mener à un 21ème siècle plus durable”.

L’accord de Paris, par lequel la communauté internationale s’est engagée à contenir le réchauffement “bien en deçà de 2 degrés” par rapport à l’ère préindustrielle, est basé sur la bonne volonté des pays et “ne nous mène qu’à mi-chemin” du but, a-t-il relevé. Mais “c’est un début porteur d’espoir”.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *