JO 2016/judo: Rafaela Silva, des quartiers pauvres de Rio, à l’or olympique

La Brésilienne Rafaela Silva, 24 ans, a décroché l’or olympique en judo dans la catégorie des moins de 57 kilos lundi 8 août. La native de Rio a battu la Mongole Sumiya Dorjsuren en finale après une journée inoubliable pour elle. L’enfant des favelas de Rio a montré à son peuple et au monde entier sa détermination.
« Dieu seul sait ce que j’ai souffert pour en arriver là ». Cette phrase tatouée sur son bras, Rafaela Silva l’a depuis les Jeux de Londres en 2012. A cette époque, elle n’avait pas brillé. Quatre années plus tard, elle est l’icône de tout un peuple. « Depuis ma déroute à Londres, j’allais abandonner le judo », raconte t-elle devant une meute de journalistes. « C’est le résultat de deux années de travail intenses », répète-t-elle en boucle devant la presse brésilienne qui ne l’avait pas épargné aux JO de Londres. Rafaela Silva s’est remise au travail. Et chaque jour, son coach Mario Tsutsui lui a offert son soutien.
Des doutes et du travail

Dans le stade Carioca Arena 2, la clameur est montée des tribunes à chacune de ses apparitions du jour. Son dernier combat contre la Mongole Sumiya Dorjsuren fut un moment électrique, d’une intensité immense, comme l’étendue de son pays.

Aussitôt après, la gamine des favelas de Rio a sauté dans le bras de son entraîneur avant de monter dans les tribunes, en larmes, enlacer ses proches et son fan-club. En judo, impossible de se parer de son drapeau. Sinon, on imagine qu’elle aurait volontiers fait le tour du tatami avec, en courant dans tous les sens, dans un bruit assourdissant.

La championne du monde 2013 s’est accrochée comme personne pour en arriver là. Rafaela Silva, sacrée non loin de la « Cité des dieux », un des quartiers les plus dangereux de Rio où elle est née, avait été traitée de « singe » après Londres. « Mon idole c’est Teddy Riner car il est Noir », lâche-t-elle en conférence de presse. Au Brésil, il existe un racisme latent.

A jamais dans l’histoire du judo brésilien

Rafaela Silva restera dans l’histoire du judo et du sport brésilien un modèle de travail et d’abnégation. Enfant, ses parents l’avaient mis au judo pour qu’elle ne se perde pas dans les rues violentes des favelas de Rio où elle est née. Bagarreuse, elle défiait les garçons.

Pour la calmer, ses parents l’inscrivent à l’institut Reação, l’école de judo ouverte par le médaillé olympique Flavio Canto. Aujourd’hui, plus de 1 200 jeunes défavorisés y pratiquent l’art martial inventé par le Japonais Jigoro Kano. A ceux qui critiquent le coût des JO au Brésil, Rafaela Silva dit qu’elle veut « représenter » les gens défavorisés de son pays, souhaitant qu’ils soient « plus nombreux » à vivre le rêve olympique.

Rafaela Silva, qui avait été sacrée championne du monde junior en 2008, a dédié cette victoire à tout le peuple brésilien, sa famille et ses amis.

– JO-2016: le décalage horaire rend déjà “fous” les internautes
Pour suivre les finales de natation aux jeux Olympiques de Rio, il faut se lever très tôt ou se coucher très tard. Et trois jours seulement après le début des Jeux, le décalage horaire rend déjà “fous” les internautes.
“Pourquoi autant de décalage horaire?” La question, posée par plusieurs utilisateurs de Twitter, peut sembler naïve. Elle ne l’est pourtant pas autant qu’on pourrait le penser.

Le fuseau horaire de Rio se trouve trois heures derrière l’étalon GMT. Soit une différence négative de 5-6 heures avec l’Europe et l’Afrique, d’une dizaine d’heures avec l’Asie, et une différence positive cette fois de 3-4 heures avec l’Amérique du Nord.

C’est là que le bât blesse: les finales des épreuves phares (natation, athlétisme) ainsi que les grands matches ont été programmés à des horaires tardifs qui favorisent surtout les téléspectateurs américains (qui les verront en fin d’après-midi ou en soirée) et les Asiatiques (le matin).

Ainsi, pour le départ de la finale du 4×100 m remportée par Michael Phelps et les Américains dimanche, il était 23h52 à Rio, 22h52 à New York, 18h52 à Los Angeles, mais 04h52 à Paris.

Pourquoi? Parce que NBC, le diffuseur exclusif des JO aux Etats-Unis, s’est engagé à débourser un total de 12 milliards de dollars pour diffuser les Jeux jusqu’à l’édition 2032, ce qui en fait le principal contributeur du mouvement olympique.

Pour les Européens et les Africains, le manque de sommeil commence déjà à se faire sentir.

“Ils vont me tuer ces JO avec le décalage horaire. Et l’athlétisme n’a même pas encore commencé…”, tweete ainsi @Flammentmick, athlète du 800/1500 m à l’Amiens UC. “Avec le décalage horaire avec Rio, les journées se terminent à 5h du mat’… Et sinon on est censé dormir quand?”, s’inquiète @_TimeTravelling.

– ‘Petit café à 3h du mat’ –

@augustnouk et @AlanLUIZZ ont leur réponse: le premier est “obligé de dormir dans la journée pour rester éveillé”, le second a adopté un “petit café à 3h du mat”. @EmYourLife, elle, rattrape le matin, “dès que j’arrive au boulot”, les épreuves manquées dans la nuit.

En effet, la passion et le café ne suffisent pas toujours. “J’ai essayé de commenter en direct sur Twitter la cérémonie d’ouverture la nuit dernière, mais je me suis endormie quand la vasque a été allumée #jetlag (décalage horaire, ndlr)”, avoue @Multin24.

Grand amateur de basket, @Clement_Couv a lui renoncé à suivre l’entrée en lice des Etats-Unis face à la Chine samedi. “Trop fatigué.”

Dans la foule des mécontents, on a bien trouvé quelques twittos que cette fichue programmation arrange. Pourquoi? Parce qu’ils sont eux-mêmes en proie au fameux “jetlag”!

“Le décalage horaire me tient éveillé à 4h du matin. Heureusement, il y a du beach volley féminin à la télé. Allez la Suisse”, se passionnait ainsi @owensfulda au beau milieu de la nuit.

Au contraire de @NicAuvillain, pour qui, “ce qui est bien avec #Rio2016 c’est le décalage horaire. On ne va pas nous rabâcher les JO en permanence”.

En tout cas jusqu’à ce qu’ils soient organisés “à Mulhouse”, comme le souhaite @maillot_thibaut.

– Foot: Blatter devant le TAS “en personne” le 25 août
Le président déchu de la Fifa, Sepp Blatter, âgé de 80 ans, se rendra en personne le 25 août à Lausanne devant le Tribunal arbitral du sport (TAS) pour contester sa suspension de 6 ans par la Fifa, a-t-on appris mardi auprès de son porte-parole.
“M. Blatter se rendra en personne avec son avocat Lorenz Erni au TAS” le 25 août, a indiqué à l’AFP son porte-parole Thomas Renggli.

Blatter avait fait appel en mars devant le TAS de sa suspension de 6 ans infligée par la commission d’éthique de la Fifa. Fin décembre 2015, le Suisse avait été suspendu pour 8 ans par le tribunal interne de l’instance pour un paiement controversé de 1,8 million d’euros à Michel Platini, également suspendu pour la même durée.

Cette sanction avait été réduite à six ans en appel par la Commission des recours de la Fédération internationale. La suspension de Platini a elle été réduite à 4 ans par le TAS en mai dernier.

Début août, M. Blatter, également poursuivi pour “gestion déloyale” par la justice suisse notamment pour le paiement à Platini, a admis avoir été très atteint par son éviction.

Dans une interview à la chaîne allemande ZDF, il a continué de jurer qu’il n’était “pas corrompu”.

La Fifa a également révélé début juin que Blatter et ses deux adjoints, le Français Jérôme Valcke, ex-secrétaire général, et l’Allemand Markus Kattner, ex-directeur financier, se sont partagé 80 millions de dollars (72 M EUR) en bonus, augmentations de salaires ou autres indemnités.

M. Valcke a été licencié puis suspendu 12 ans avant que cette suspension ne soit réduite à 10 ans en appel par la Fifa. M. Kattner, ancien bras droit de Valcke, a également été licencié.

Le nouveau président de la Fifa, l’Italo-Suisse Gianni Infantino, également objet d’une enquête de la justice interne de la Fifa ouverte peu après son élection, a lui été blanchi la semaine dernière par la commission d’éthique.

Les investigations portaient notamment sur des vols en avion effectués par Infantino ainsi que sur un différend d’ordre contractuel entre l’Italo-Suisse et la Fifa, dont il est le président depuis le 26 février 2016.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.