Montréal-Canada: Forcée de travailler 16 heures de suite, une infirmière auxiliaire d’un CHSLD de l’Assomption a dû appeler la police pour dénoncer l’intimidation de son employeur

Une infirmière auxiliaire d’un CHSLD de L’Assomption a dû appeler la police pour dénoncer l’intimidation de son employeur qui l’obligeait à travailler 16 heures d’affilée.

«L’intimidation va trop loin, déplore Marie-Anne Mathurin. Le temps supplémentaire obligatoire est supposé être en cas d’extrême urgence. Mais ici, c’est devenu­­ une habitude.»

Infirmière auxiliaire au centre d’hébergement­­ de L’Assomption depuis 8 ans, Mme Mathurin déplore que le temps supplémentaire obligatoire (TSO) soit régulier.

Le 3 février dernier, la femme de 45 ans qui travaille de jour (7 h 30-15 h 30) a su à la fin de son quart qu’elle devait rester jusqu’à 23 h 30, soit 8 heures de plus, puisqu’il n’y avait personne pour la remplacer. Or, la mère devait aller chercher sa fille à l’école.

«Je ne pouvais pas rester, en plus je ramenais­­ deux amies de ma fille, dit-elle. Mais on m’a fait comprendre que si je partais, il y aurait des conséquences graves. Dans le fond, ils menaçaient d’appeler mon Ordre.»

Selon l’Ordre des infirmières auxiliaires du Québec, une professionnelle ne peut quitter ses fonctions tant qu’un autre employé ne vient pas la remplacer.

«Ils ne peuvent pas utiliser notre droit de permis pour nous faire des menaces!» rage celle qui a un dossier disciplinaire vierge.

« Séquestrée au travail »

Mme Mathurin est restée en TSO ce soir-là. À son heure de souper, la mère est allée chercher les enfants à l’école, et a appelé le 911. «Je leur ai dit que j’étais séquestrée au travail, dit-elle sans regret. Il faut dénoncer, sinon rien ne va changer!»

Un policier s’est déplacé au CHSLD, mais la direction avait finalement trouvé un remplaçant à Mme Mathurin, à 20 h.

Le 30 mars dernier, le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Lanaudière a imposé à l’employée une suspension d’une journée sans solde­­.

Vendredi dernier, après que Le Journal a posé des questions au CISSS, la direction a répondu que la suspension sera finalement­­ annulée (voir autre texte).

Dans la lettre de mesures disciplinaires obtenue par Le Journal, on lui reproche de refuser son tour de rôle pour le TSO, des refus qui deviennent «iné­quitables par rapport à vos collègues de travail».

« Abusif »

Le CIUSSS lui a aussi demandé de se trouver un «plan B», soit des gens pour s’occuper de sa fille lorsqu’elle doit faire du TSO. Selon le syndicat du personnel infirmier, 27 quarts de travail ont été faits en TSO entre janvier et mars dernier.

«C’est abusif, réagit Stéphane Cormier, président du syndicat des infirmières, affi­lié à la FIQ. Si on veut qu’elle soit de garde, qu’on la paie. Mais c’est de la mauvaise gestion. On a une pile de gens prêts à travailler. Qu’ils embauchent!»

Pour Mme Mathurin, cette situation n’a aucun sens. «Si j’ai quelqu’un pour garder ma fille, je vais rester. Mais, sinon, ne m’obligez pas.»

LA JOURNÉE DE SUSPENSION DE L’INFIRMIÈRE ANNULÉE

La journée de suspension de Mme Mathurin sera remboursée, rectifie­­ la direction du CISSS, qui assure tout faire pour éviter le temps supplémentaire.

«On ne punit pas quelqu’un parce qu’il veut faire reconnaître un droit et communique avec les policiers», réagit Daniel Castonguay, président-directeur général du CISSS de Lanaudière.

Elle sera remboursée

En entrevue au Journal, ce dernier dit avoir été informé de l’histoire de Mme Mathurin au cours des derniers jours et assure que la journée sans solde sera remboursée. Quant aux menaces de plaintes auprès de l’Ordre, M. Castonguay assure­­ qu’il ne s’agit pas d’une pratique endossée par la direction.

«Ce n’est pas dans notre philosophie. S’il y a eu ce genre de choses, on va le corriger, dit-il. L’objectif n’est pas de menacer les gens.»

Par ailleurs, M. Castonguay assure que toutes les mesures sont prises pour réduire le temps supplémentaire (TS). Le CISSS n’était pas en mesure d’indiquer le taux de TS du personnel infirmier, mais a indiqué qu’il a diminué de 9 % depuis un an.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *